Scandale Norbourg

Échanges sur le scandale Norbourg
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 cyberpresse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
lolita
Invité



MessageSujet: Re: cyberpresse   Lun 5 Juin - 17:23

Blablabla que du bla bla

Pourquoi donner des diagnostic ou information surtout quand Lacroix 'est pas faite évaluer...

Franchement....
Revenir en haut Aller en bas
Valérie



Nombre de messages : 872
Localisation : montreal
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: cyberpresse   Lun 5 Juin - 11:52

Vincent Lacroix n'est pas fou

Sophie Brouillet
05 juin 2006 - 06h00

Vincent Lacroix se croit peut-être lui-même quand il minimise l'affaire Norbourg, estiment différents spécialistes en psychologie. Mais il n'est pas fou.

L'ex-président du groupe financier a souvent semé la perplexité chez les spectateurs de son flegme, de son déni en apparence sincère du scandale et de sa bonne conscience affichée. Hypocrite ou dérangé? Ni l'un ni l'autre, répondent des experts.

«Il est évident qu'il ne souffre d'aucune maladie mentale, déclare Gilles Chamberland, psychiatre et directeur des services professionnels à l'Institut Philippe-Pinel. Les maladies qui affectent la perception de la réalité ne touchent pas qu'une seule sphère du comportement. Or, Vincent Lacroix reste très fonctionnel, il est même éloquent avec le peu d'arguments qu'il a!»

Par contre, il est possible que le président déchu de Norbourg croie vraiment à sa version des faits.

Spécialiste en criminalité, le psychologue Martin Courcy note souvent chez les délinquants un déni véritable de la réalité, par la voie de la rationalisation. Et les gens d'affaires sont de fréquents adeptes de ce mécanisme de défense.

«Plusieurs tentent de contourner la loi en se donnant des raisons, par exemple l'idée qu'il faut bien que l'entreprise vive. Alors, il ne se rendent pas compte qu'ils ont un comportement immoral.»

Le psychologue Jean-François Ducharme, qui a fait sa thèse de doctorat dans le secteur de la criminalité, formule les mêmes observations.

«Ça m'est arrivé de voir des jeunes ayant commis des actes graves, mais qui se donnaient des repères très précis pour rendre les choses acceptables, et qui refusaient de voir en dehors. Ça permet d'agrandir le champ des comportements possibles tout en continuant à se sentir bien.»

Les œillères protègent aussi d'une inacceptable image de soi. «On voit ça fréquemment (le déni) chez tous les agresseurs sexuels et aussi chez les alcooliques, remarque Gilles Chamberland. Il n'y a pas de problème tant qu'on ne le reconnaît pas.»

Une troisième motivation de l'aveuglement des accusés est d'ordre stratégique. Jean-François Ducharme donne l'exemple sinistre de Valéry Fabrikant. «Il s'en tenait à son litige avec Concordia pour expliquer son crime, et ça le rendait très confiant, très clair, bien documenté», se souvient le psychologue.

Fort efficace au début, la stratégie de la négation finit par se retourner contre les accusés, remarque Gilles Chamberland.

«Ils vont tellement loin dans cette voie qu'ils en arrivent à un point de non-retour, et qu'ils donnent l'impression de n'avoir aucun remords. C'est ce qui s'est passé avec Dave Hilton, croit le psychiatre. Le boxeur en a été quitte pour purger les deux tiers de sa peine au lieu du tiers.

Vraisemblablement, Vincent Lacroix n'est ni fou… ni si différent que cela de bien des citoyens en règle avec la loi, en particulier des dirigeants d'entreprises.

«On se rend compte qu'on pourrait appliquer à certains dirigeants les termes qu'on utilise pour décrire la psychologie des criminels, rapporte Martin Courcy. L'indifférence à l'égard d'autrui, la recherche d'une gratification immédiate, le goût du risque, l'impulsivité, ce sont des caractéristiques qui favorisent leur embauche.»

Certains criminels passent pour des personnages honorables parce que, contrairement aux délinquants, ils commettent leurs délits dans le cadre même du système de valeurs sociales que forment la réussite, la richesse ou la famille. «Tous les criminels ne sont pas des déviants», souligne M. Courcy, en donnant l'exemple des dirigeants d'Enron.

Déjà embauchés pour leur arrivisme et masqués par leur rôle social, des patrons se retrouvent en plus en situation de tentation. «Plus on met les valeurs morales à l'épreuve, plus il y a de risques de céder, souligne Gilles Chamberland. L'occasion fait le larron.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: cyberpresse   Mer 31 Mai - 11:13

Québec renonce à l'impôt que devait Vincent Lacroix, ex-PDG de Norbourg

PAR NORMAN DELISLE

Presse Canadienne

QUEBEC


Le gouvernement retournera aux investisseurs malheureux de Norbourg tout l'impôt qu'a payé ou que payera Vincent Lacroix, a annoncé mercredi le ministre du Revenu, Lawrence Bergman.

Il s'agit d'une somme totale de 24,1 millions $ dont 6 millions sont déjà dans les coffres du fisc.

"Je suis très sensible à la situation de ces investisseurs et j'éprouve de la compassion à leur endroit", a déclaré le ministre Bergman en annonçant la nouvelle.


M. Bergman a attendu que M. Lacroix fasse connaître sa décision de ne pas aller en appel du jugement de la Cour supérieure du Québec du 19 mai dernier.

Le gouvernement a déjà perçu 6 millions $ en impôt provenant de Vincent Lacroix. Il a par ailleurs émis un avis de cotisation supplémentaire de 18,1 millions $.

Tout l'argent qui sera perçu sera retourné aux quelque 9000 investisseurs, qui sont pour la plupart des gens modestes dont la retraite a été compromise par la perte des fonds investis dans l'aventure Norbourg.

Le ministre Bergman a convenu du caractère "spécial et particulier" de la mesure qu'il annonce. Il est en effet inhabituel que le ministère du Revenu donne un statut particulier à des investisseurs malheureux en leur remboursant des pertes à même les fonds perçus en impôt.

Mais le conseil des ministres s'est penché sur ce dossier et a décidé d'agir ainsi.

"C'est l'intention du gouvernement de retourner aux investisseurs l'argent qu'il a reçu ou qu'il recevrait", a expliqué le ministre.

Les modalités du remboursement seront déterminées à la suite de discussions entre le ministre Bergman et son collègue ministre des Finances, Michel Audet.

L'annonce du gouvernement répond aux voeux des investisseurs qui soutenaient que Vincent Lacroix avait fraudé le fisc non pas avec son propre argent, mais avec celui collecté auprès des investisseurs dans Norbourg.

Le 19 mai dernier, le juge Robert Mongeon, de la Cour supérieure du Québec, a ordonné la mise en faillite de Vincent Lacroix, l'ancien PDG de Norbourg. Le juge a également ordonné le séquestre des biens et actifs de M. Lacroix. Il en a confié la gestion à la firme Ernst and Young.

Le juge avait statué que M. Lacroix devait plus d'argent qu'il n'en possède et qu'il ne pouvait ainsi satisfaire à ses obligations envers ses créanciers.

Selon le juge, Vincent Lacroix doit au moins 60 millions $, 18 millions $ à Revenu Québec, 12 millions $ à Revenu Canada et 24 millions $ au syndic de faillite. Les actifs de M. Lacroix sont évalués à 37,5 millions. $

Le juge Mongeon avait été cinglant dans son jugement, déclarant que les arguments présentés par M. Lacroix ne tenaient pas la route et que tout ce qu'il cherchait à faire, c'était gagner du temps pour retarder sa faillite.

Vincent Lacroix, avait 10 jours pour porter la décision en appel et le délai est maintenant expiré sans qu'un appel n'ait été logé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: cyberpresse   Mer 3 Mai - 21:15

Le mercredi 03 mai 2006


Des pétitionnaires réclament une enquête publique sur le scandale Norbourg

PAR NORMAN DELISLE

Presse Canadienne

QUEBEC


Des citoyens québécois réclament une enquête publique sur le scandale Norbourg.

Une pétition de 2468 noms réclamant une telle enquête a été déposée mercredi à l'Assemblée nationale par le député péquiste de Charlevoix, Rosaire Bertrand.

Plus de 9200 petits investisseurs ont été floués et ont perdu 130 millions $ dans ce scandale. Dans plusieurs cas, ce sont les économies de toute une vie qui se sont envolées, précisent les pétitionnaires.

L'organisme gouvernemental de régulation, l'Autorité des marchés financiers (AMC), mène actuellement une enquête dans le dossier Norbourg. Mais Fernand De Guise, porte-parole de l'Association des victimes de Norbourg, estime que l'enquête de l'agence ne peut pas être impartiale.

"L'AMF ne peut pas être juge et partie dans cette enquête, étant partiellement responsable des pertes financières subies par les investisseurs, a déclaré M. De Guise. L'AMF a manqué de vigilance et de promptitude pour intervenir dans la sortie de fonds chez Norbourg".

M. De Guise a aussi rendu publique une lettre qu'il a reçue il y a un mois du député libéral de Brome-Missisquoi, Pierre Paradis, qui appuie la tenue d'une enquête publique sur l'affaire Norbourg.

Rappelons que le 9 mars dernier, l'Autorité des marchés financiers a déposé 51 accusations contre l'ex-président de Norbourg, Vincent Lacroix. Les accusations portent notamment sur la manipulation de la valeur des parts des fonds communs et d'avoir remis à l'Agence des "documents contenant des informations fausses ou trompeuses".

L'Autorité a aussi intenté un recours au nom des investisseurs pour réclamer 115 millions $ à Vincent Lacroix.

Dans un document que vient de produire par l'Autorité, on indique trois voies pour récupérer les sommes d'argent.

On signale qu'il pourrait y avoir redistribution de ce qu'il reste dans les fonds communs gérés par Norbourg, soit quelque 80 millions $ en date du 31 mars dernier.

On tentera aussi de maximiser la vente des biens qui restent: immeubles, comptes à recevoir, etc.

Par ailleurs, l'AMF signale que des sommes pourraient être récupérées à la suite du recours intenté pour déterminer ceux qui peuvent être tenus responsables des événements.

Enfin, un recours collectif pris par une firme privée d'avocats a été intenté. Mais ce dernier recours est au frais des investisseurs.

Les 9200 investisseurs ont perdu 130 millions $ dans cette affaire, soit une moyenne de 14 130 $ par investisseur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: cyberpresse   Mer 3 Mai - 21:10

Affaires Norbourg: les victimes réclament une enquête publique

QUEBEC


L'opposition officielle à Québec et les victimes de ce qu'il est convenu d'appeler l'affaire Norbourg demandent une enquête publique.

On trouve que l'enquête policière n'avance pas assez vite.

Un porte-parole de l'Association des victimes de Norbourg, Fernand Deguise, estime qu'il faut faire la lumière sur certains faits et empêcher qu'un tel scandale ne se reproduise.

M. Deguise dit que les victimes veulent que la commission d'enquête établisse la part de responsabilité des organismes impliqués dans cette affaire. Selon lui, elles souhaiteraient aussi que la commission étudie la possibilité qu'elles puissent être dédommagées.

M. Deguise s'interroge sur bien des faits qui entourent cette affaire. Sans porter des accusations, il se demande notamment pourquoi l'Autorité des marchés financiers a tardé à intervenir alors qu'en 2003, cette dernière était en possession de nombreux indices pouvant lui permettre de prévenir le coup.

C'est le député péquiste de Charlevoix et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'institutions financières, Rosaire Bertrand, qui a déposé la requête des victimes à l'Assemblée nationale cet après-midi (mercredi).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: cyberpresse   

Revenir en haut Aller en bas
 
cyberpresse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scandale Norbourg :: MÉDIAS, MÉDIAS, MÉDIAS-
Sauter vers: