Scandale Norbourg

Échanges sur le scandale Norbourg
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 REFFINEQ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: REFFINEQ   Mer 23 Juil - 19:32

Ce mercredi 23 juillet 2008 ; 08.45



M. André Pratte
Éditorialiste en chef
La Presse
7 rue Saint-Jacques
Montréal, Québec
Canada
H2Y 1K9
Tél.: 514-285-7027
Fax.: 514-285-4816



M. Pratte,



Je vous remercie pour le suivi.

En réponse à la vôtre, les mots ou les citations entre guillemets sont associés à;



Vous, M. André Pratte pour le titre « Norbourg, une solution »

Votre journaliste, M. Michel Girard pour le titre « Québec devrait dédommager les victimes de Norbourg » du 17 décembre 2007



Cette partie du texte ou figure des entre guillemets sont un mélange d’associations à des propos, des manières de faire, des sous entendus et à des extraits de communiqués;



#1 Ainsi quand j’indique « sous le sceau de la stricte confidentialité propre à d’autres transactions similaires », je fais référence à la transaction de La Caisse en 2003 des Fonds Évolution dans laquelle un communiqué de presse avait clairement indiqué à tous les interlocuteurs que la dite transaction de Capital Teraxis inc comprenant les Fonds Évolution et Cartier se faisait sous le sceau de la stricte confidentialité. Je mets ces mots entre guillemets comme pour accentuer leur portée. Comme je ne suis pas un expert en composition grammaticale, peut-être qu’il y aurait lieu d’apporter une correction. Vos conseils seraient alors appréciés.



#2 Quand j’indique « une entente à l’amiable en vertu de laquelle les entreprises qui en ont les moyens accepteraient, sans reconnaître de faute » de compenser Québec pour cette « Solution d’Exception ». On pense ici à La Caisse, aux Ministères des Finances et du Revenu, KPMG, Northern Trust, Concentra Trust, Desjardins et bien d’autres, tous amicalement appelés à « mettre la main à la pâte » je fais allusion à deux sources à savoir;

1. des mots de votre propos du 22 juillet 08

2. et les mots de ce communiqué de LCN; http://argent.canoe.com/lca/infos/quebec/archives/2008/07/20080722-175447.html



#3 Quant à la partie en conclusion, il s’agit d’un extrait de http://www.ledevoir.com/2006/01/07/99129.html

Autrement, par ce scandale financier ancré en mémoire, tout le Québec est en train de comprendre à la dure « qu’il ne faut pas être devin pour reconnaître que notre société, à travers ses institutions, est dans un terrible et désolant déficit de confiance », loin d’être rétablie à sa bonne place. (Denise Bombardier, La Confiance 8 janvier 2006)







Vous savez M. Pratte, nous sommes des épargnants, de simples contribuables fortement lésés dans une affaire scandaleuse voire honteuse qui n’aurait jamais du se produire si les règles de conduite de la CVMQ avaient été suivies à lettre en 2001. Plus est, nous sommes comme laissés à nous-mêmes et forcés de nous démerder avec tout cela. Nous sommes quelque peu démunis face à une machine bien organisée ; une Autorité forte de ses ressources, des professionnels à honoraires, des médias organisés, des politiciens très bien entourés. Alors, si on veut se faire représenter adéquatement, nous devons composer avec les moyens du bord comme on dit. Dans les circonstances, les épargnants sont comme des rescapés d’un naufrage ; transis, inquiets, angoissés, découragés, dépourvus, non organisés, démunis, quasiment abandonnés et ne sachant trop ce qui leur est arrivé.



Comme vous l’avez constaté, un petit groupe des naufragés a décidé de ne pas en rester là. Suite à notre passage en décembre dernier devant le juge Claude Leblond, nous avons décidé que nous n’avions plus rien à perdre en allant de l’avant. C’est ce que nous acharnons à faire.



Il nous faut écrire, parler, intervenir et répondre justement à ceux et celles qui sont bien organisés tout en comprenant que nous sommes loin d’être des professionnels pour ce faire et que nous ne pouvons être mieux servi que par nous-mêmes en demandant assistance et en quémandant de l’aide.



Nous avons formé un groupe du nom de REFFINEQ. Ce terme condensé veut dire ;



Regroupement des Épargnants de la Famille des Fonds d’Investissements Norbourg Évolution du Québec.



Rescapés sur la côte financière, nous nous sommes regroupés.

Nous étions jadis membres d’une FAMILLE dans laquelle nous avions mis notre confiance au supposé « Bon père de famille ».

A la manière du p’tit Poucet membre d’une famille abandonnée sciemment, nous tentons de retrouver le chemin de la vérité.



Notre site internet monté à la hâte www.reffineq.com est pour nous le lieu pour indiquer des informations sur le dossier. Il est complémentaire au site http://scandale-norbourg.forumpro.fr dans lequel vous retrouver plus de 5000 interventions de québécois scandalisé par cette affaire.



M. Pratte, nous sommes fatigués et fortement affectés de cette saga. Nous avons hâte de voir arriver la lumière au bout du tunnel. Je vous dirai que nous n’avons pas investi dans des affaires spéculatives, hasardeuses, incertaines et encore moins investi avec des gens inconnus. Nous avons fait confiance À NOS DIRIGEANTS ÉLUS PAR LE PEUPLE avec une politique mise de l’avant par les élus de l’Assemblée Nationale du Québec. Quand ils ont donné mandat à leur mandataire La Caisse de mettre sur pied un outil financier digne de confiance qui servirait les intérêts des québécois, nous avons tout en confiance embarqué dans cette « appel de corvée collective ».



Depuis l’origine des fonds Évolution de Capital Teraxis, filiale de La Caisse mandataire de L’Assemblée Nationale du Québec, nous étions en sécurité. Si La Caisse en 1996 ayant indiqué ses objectifs d’atteindre 100 milliards d’épargnes québécoises en 2005 a changé d’idée en cours de route, elle avait la responsabilité bon père de famille de s’assurer que les dits québécois lui ayant fait confiance seraient transférées en une institution notoirement reconnue et digne de confiance. C’est justement ce qu’elle avait indiqué dans son communiqué du 19 décembre 2003 (joint en attaché) le tout approuvé par la CVMQ en janvier 2004.



La suite nous indique justement que, mal nous en pris car tout n’a pas été fait dans un esprit « Bon père de famille ». Comme l’a indiqué l’animateur Jean Luc Mongrain dans son émission Pourquoi du 15 janvier dernier, « Messieurs, vous êtes victimes d’un complot ». Si jamais vous avec le temps, écoutez les propos des trois épargnants Vézina, Houle et Ouimet lors de leur passage à Montgrain ;

http://www.tqs.ca/emissions/pourquoi/archives/2008/01/32.php ou http://www.reffineq.com/T%C3%A9moignages.html

Vous y trouverez là, l’essence même du désarroi des épargnants des Fonds Évolution du Québec………de Québec inc.



En ce sens « La déroute de Norbourg indispose la Caisse » n’est ce pas ?; voir en attaché CDPQ ÉVOLUTION



Les milliers d’épargnants en attente d’un règlement vous remercient pour la considération que vous apportez par vos propos.



Nous nous souhaitons un règlement final qui tiendra compte du mal causé par toute cette affaire.



Merci pour votre accueil.





Gilles Viel , épargnant

De REFFINEQ inc.



-----Message d'origine-----
De : André Pratte [mailto:apratte@lapresse.ca]
Envoyé : mercredi 23 juillet 2008 07:36
À : Gilles Viel
Objet : Re: En réponse à l'Éditorial de M André Pratte du 22-07-2008; Point de vue de REFFINEQ



M. Viel,

Le passage suivant de votre texte comporte plusieurs citations entre guillemets, mais la source de ces phrases n’est pas précisée. S’agit-il du texte de M. Girard?

Par ailleurs, quel est l’appellation complète exacte de REFFINEQ?

Merci,


--
André Pratte
Éditorialiste en chef
La Presse
7 rue Saint-Jacques
Montréal, Québec
Canada
H2Y 1K9
Tél.: 514-285-7027
Fax.: 514-285-4816




--------------------------------------------------------------------------------



Ce mardi soir 22 juillet ; 23.00

M. André Pratte
Journal la Presse
Montréal

Nous avons pris connaissance de votre propos de ce jour: « Norbourg, une solution. »

Bien que nous soyons sensibles à vos bons mots tentant de trouver et de suggérer à qui de droit « une solution » pour les épargnants plus que fortement touchés par ce scandale, nous sommes toujours à penser que nous avons été carrément abandonnés par celui envers qui nous avions jadis accepté de faire confiance et qui était de surcroît le mandataire du peuple, de l’état, de l’Assemblée nationale du Québec; La Caisse.

En réponse à votre propos « Une Solution », nous souhaiterions voir publier le point de vue du regroupement des épargnants joint à la présente ;
«Norbourg,La Solution 22-07-08 »

Nous vous remercions pour l’intérêt manifesté à l’égard de milliers de québécois endommagés par cette affaire et nous espérons tous
qu’Une Solution sera mise de l’avant avant la fin de l’année 2008 pour le bénéfice des épargnants toujours en attente.

Nous vous prions de recevoir l’expression de nos salutations distinguées.


Gilles Viel, épargnant

www.reffineq.com <http://www.reffineq.com/>



Textes joints en attaché ;
1. Le point de vue des épargnants en réponse aux propos de M. Pratte du 22 juillet (491 mots)
2. le point de vue des épargnants publié dans le Soleil en juin dernier ;
3. le propos du journaliste Michel Girard en décembre 2007
4. l’éditorial de M. André Pratte en ce mercredi 22 juillet (512 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
REFFINEQ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scandale Norbourg :: Scandale Norbourg-
Sauter vers: