Scandale Norbourg

Échanges sur le scandale Norbourg
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Dans les médias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Lun 20 Fév - 8:42

Pensez-vous qu'on va voir la couleur du collier......Le juge Mongeon prend son temps pour la liquidation des fonds. Combien E an Y 150000 par semaine? C'est le truc de ne pas se stresser, choisir le bon côté de la track, nous on est en plein dessus et on attend le train.

Enyl


Norbourg: le syndic veut le collier

Denis Arcand
20 février 2006 - 07h02
La lutte judiciaire pour les actifs du clan Lacroix a connu vendredi un rebondissement.

Texte: Envoyer Imprimer © Reproduire

Le syndic Gilles Robillard, de RSM Richter, réclame maintenant 1,6 M$ et s'est mis en position de saisir trois résidences privées habitées par la famille de Vincent Lacroix mais qui sont au nom de son épouse, Sylvie Giguère.

Dans une mise en demeure signifiée à Mme Giguère par huissier vendredi, le syndic lui donne cinq jours ouvrables pour verser 1 461 287 $ plus intérêts aux créanciers de Norbourg.

Si ce versement n'est pas fait, M. Robillard pourrait demander à un tribunal de la déclarer en faillite et faire saisir les propriétés, ou prendre d'autres mesures judiciaires.

Les propriétés visées sont la résidence principale de M. Lacroix et de Mme Giguère, à Candiac, et de leur maison de campagne au bord du lac Memphrémagog. La troisième résidence, également près du lac Memphrémagog, est habitée par les parents de M. Lacroix.

M. Robillard est le syndic nommé par M. Lacroix quand ce dernier a lui-même mis cinq firmes du Groupe Norbourg en faillite à l'automne.

Il est chargé de récupérer des actifs au nom des créanciers dont les principaux sont, de loin, les investisseurs des fonds communs Norbourg et Evolution, qui réclament 130 M$.

« La comptabilité de Norbourg international et de Norbourg gestion d'actifs montre notamment que des chèques ont été faits dans des comptes en fiducie de notaires, et que de l'argent de Norbourg a servi pour acheter des propriétés qui ont été mises au nom de Mme Giguère », a dit M. Robillard.

En outre, le syndic inclut dans sa réclamation une somme payée par Norbourg international pour un collier de diamants donné à Mme Giguère à Noël 2004.

Avec les intérêts, la somme réclamée dépasse 1,6 million, a dit M. Robillard, en entrevue à La Presse Affaires.

« Vous avez reçu cette somme suite à des transferts de fonds qui vous ont permis d'acquérir les immeubles du 15, rue Dagobert, à Candiac; 328, avenue de la Chapelle, dans le canton de Magog; 30, avenue de la Plage, dans le canton de Magog ainsi qu'un collier acheté chez Henry Birks et fils au montant de 26 286,80 $ », peut-on lire dans la mise en demeure adressée à Mme Giguère et signée par Me Denis Saint-Onge, l'avocat du syndic.

« Vous n'êtes pas sans savoir que ces transferts de fonds ont été faits sans considération, illégalement, et sans droit et au détriment des investisseurs des fonds Norbourg et Evolution ainsi que des entreprises Norbourg gestion d'actifs et Norbourg international », conclut-il.

Le collier a été payé 31 286,80 $, mais 26 286,80 $ proviennent de Norbourg international, le reste ayant été payé autrement par Mme Giguère, explique M. Robillard.

Les trois maisons sont déjà visées par une hypothèque légale de Revenu Québec, qui tente de mettre M. Lacroix en faillite personnelle dans une démarche judiciaire séparée.

« L'action que je prends aujourd'hui (vendredi) n'entre pas en conflit avec celle des gens de Revenu Québec, même si je ne les ai pas consultés », dit M. Robillard.

« Si j'en viens à demander la faillite personnelle de Mme Giguère, puis à vendre les immeubles, cela ne change en rien les droits de Revenu Québec, ajoute-t-il. L'argent sera quand même distribué selon la loi, à tous les créanciers. »

À l'Autorité des marchés financiers du Québec, le directeur des communications, Christian Barrette, s'est borné à dire que l'AMF était informée à l'avance, mais s'est refusé à toute autre déclaration.

Discret jusqu'à présent, le syndic Robillard devrait jouer un rôle beaucoup plus visible dans le dossier Norbourg.

Ses pouvoirs d'officier de justice, considérables, lui permettent de contester toute transaction faite durant les cinq dernières années, qui lui apparaîtrait illégale et faite au détriment des créanciers.

La contestation des transactions immobilières faites au nom de Mme Giguère est la première manifestation tangible du syndic Robillard, mais il est clair que plusieurs autres transactions pourraient être contestées de la même façon.

M. Robillard a sommé à comparaître plusieurs cadres de Norbourg et d'autres personnes susceptibles d'éclairer le syndic sur des transactions faites durant les cinq dernières années.

Les interrogatoires en vertu de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité commencent lundi avec celui d'Éric Asselin, l'ancien vice-président aux finances de Norbourg gestion d'actifs (la filiale qui exploitait les fonds communs).

M. Asselin, qui fut enquêteur à Revenu Québec et à l'ancienne Commission des valeurs mobilières du Québec avant de se joindre à Norbourg, est un des deux cadres de la société qui, en 2005, ont dénoncé à la GRC et à l'AMF les activités présumément illégales qui y avaient cours (l'autre est Jean Hébert, un autre ex-employé de la CVMQ, qui a succédé à M. Asselin comme vice-président aux finances de Norbourg).

Plusieurs autres personnes doivent aussi témoigner la semaine prochaine, soit les vice-présidents David Simoneau (informatique et liaison avec les banques), Jean Cholette (comptabilité) et Me Alain Dussault (affaires juridiques). L'informaticien Félicien Souka, le comptable Rémi Deschambault (vérificateur externe des fonds Evolution), et l'avocat Yves Boulanger doivent aussi témoigner la semaine prochaine.

« Il y aura d'autres convocations qui dépendent, notamment, de ce que je vais entendre la semaine prochaine, a dit le syndic Robillard. Évidemment, Vincent Lacroix sera le dernier à témoigner. »

Me Boulanger a contesté sa convocation hier devant une cour administrative, mais sa requête a été rejetée, a-t-il dit à La Presse Affaires.

« Je veux collaborer à l'enquête et je le ferai la semaine prochaine avec le syndic, mais je trouvais nécessaire de faire encadrer mon témoignage. Je trouve que le subpoena qu'on m'a envoyé est vague et je dois faire respecter mon obligation de secret professionnel, en tant qu'avocat. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Sam 18 Fév - 20:35

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr Mailloux



Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 16/02/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Sam 18 Fév - 17:21

Ce qui peut paraître amusant est le fait que l'enquéteur pour MCA valeurs mobilieres était Eric Asselin, le fameux délateur. Le premier avril 2003 la CVMQ à envoyé un courrier pour des irrégularités au sens de la Loi sur les valeurs mobilieres du Québec. Quant au travail de la GRC, je pense que là aussi nous allons dès la semaine prochaine apprendre des choses très surprenantes, et parfois désolantes. Pour ce qu'il en est des 5 semaines d'enquêtes, je croyais que l'EIPMF avait reçu le rapport CANAFE le 10 février 2005, donc "l'enquête" avant la perquisition à été de 7 mois, et donc il y a une semaine, cela à fait un an qu'ils ont commencé pour en arriver à un changement d'enquêteur. Alors, lorsque les États Unis nous demandent de renforcer nos frontières et nos systèmes de lutte contre le blanchiement d'argent, est il possible qu'ils voient plus clair que nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Sam 18 Fév - 16:10

Pas récent mais quand même d'actualité.

Enyl

Article complet: L'affaire Norbourg

L'affaire Norbourg
07/09/05 07:35:21 pm Marcel R
Que de mystères dans cette affaire Norbourg. Comment comprendre que de telles choses arrivent dans ce Québec sur réglementé alors qu'il faut presque un permis pour bouger.

Pendant que l'organisme de contrôle et de surveillance appelée Autorité des marchés financiers s'affairait sur des question de détails comme son enquête, copiée sur celle d'un procureur Américain en mal de visibilité, sur les commission contingentes des courtiers d'assurances, voilà qu'arrive cette bombe et qu'on intervient après que le mal soit fait.

On parle de quelques 79 millions de dollars provenant de la poche de petits épargnants qui seraient disparus. Pour plusieurs personnes, c'est leur fonds de retraite qui est parti.

On écrivait dans le Soleil de samedi 27 août qu'il y avait des signes avant coureur mais qu'on ne les avait interprétés que tardivement. Et comment !

Il appert qu'en 2003, l'Autorité des marchée financiers avait noté des irrégularités.
En a reçu des réponses suite à son enquête en OCTOBRE 2004. Ce n'est qu'au début de l'été 2005 que son enquête officielle a débutée ... pour finalement mettre son poing sur la table en août seulement. Pourquoi de si longs délais avant d'agir ?

La police fédérale (GRC) aurait mené son enquête en cinq semaine.... oups! pas mal plus rapide. L'Autorité des marchés financiers aurait laissé entendre que ce n'est qu'au cours de son enquête qu'elle se serait aperçue que la GRC menait une enquête. (ref. Le Soleil du 27 août 2005). Si c'est le cas, comme synergie c'est pas très fort.

Un ancien analyste de la Caisse de Dépôt du Québec, des anciens professionnels de l'Autorité des marchés financiers qui occupent des postes importants, le dernier président élu de l'Institut des fonds d'investissements du Canada était aussi lié à Norbourg. Tout cela en plus d'importante transaction avec la Caisse de Dépôt de placement du Québec.

Faudra-t-il une enquête indépendante pour faire la lumière sur tout cet écheveau de fils entremêlés ? L'ancienne Commission des valeurs mobilières, l'Autorité des marchés financiers, La Caisse de dépôt et placement du Québec, les vérificateurs internes et externes, les fiduciaires.

Il n'y a peut-être rien d'illégal mais le doute ne doit pas persister. Il est important que les choses soient clarifiées pour redonner confiance aux consommateurs qui s'interrogent sur l'efficacité de nos organismes de contrôle et de surveillance.

Marcel R Plamondon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Ven 17 Fév - 8:49

Encore un petit peu en ce vendredi pluvieux et pourri. POURRI cela me fait penser la Lacroix.

Un autre bel article ce matin.

Enyl

Affaire Norbourg: les Lacroix auraient mené un train de vie princier

Presse Canadienne
Des documents écrits permettent de prétendre que lorsqu'il présidait la firme de fonds communs Norbourg, Vincent Lacroix se livrait à un train de vie princier.

Ces documents révèlent, en outre, la location de plusieurs avions, dont un Learjet pour des vacances familiales aux Iles-de-la-Madeleine. On remarque aussi l'achat d'un collier de diamants de près de 31 300 $, selon ce que rapporte ce matin (vendredi) "La Presse", qui reproduit quelques-uns des documents en question.

Plusieurs d'entre eux sont datés entre 2003 et août dernier, des dates qui coincident avec des acquisitions de Norbourg ou des investissements personnels de Vincent Lacroix.

Par ailleurs, les enquêteurs ont trouvé lors de leur perquisition aux locaux de Norbourg une facture pour une loge à l'amphithéâtre où sont présentés les matches du Club de hockey Canadien; pour la seule saison 2002-2003, elle aurait totalisé plus de 191 000 $.

Entre-temps, les investisseurs floués par Norbourg ignorent toujours où sont passés les millions de dollars manquants de la firme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pourl'honneur



Nombre de messages : 487
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: Dans les médias   Jeu 16 Fév - 16:46

Singe Laid de l'AMF nous prend pour des imbéciles, un dollar de perdu c'est trop, mais il trouve qu'il a bien travaillé !!! J'ai un trou de 90 000$ dans mon bas de laine !!!
Il admet en entrevue à Finance et investissement qu'ils ont reçu un fAX du CANAFE, mais ils ne l'ont pas lu parce que ce n'était pas écrit que c'était important. Franchement, il rit de nous, et il s'en fout. sa job est de nous protéger, pas de protéger ses fesses.
Il dit que la croissance rapide de Norbourg les inquiétait, que des réponses pas toujours complètes étaient fournies, mais Singe laid et sa bande l'ont laisser tout acheter(BBA, Teraxis, Futur, Évolution, etc ) sans aucun emprunt, et en ayant trop d'argent à la caisse de la Prairie(selon CANAFE). Mais malheureusement pour nous, le rapport CANAFE ne comportait pas la mention Warning.
Donc à l'avenir, si vous communiquez avec Singe Laid, inscrivez Warning, sinon lui et son équipe ne liront pas la lettre.
Ce soir, je cherchera dans mes dossiers le montant que notre ami Lacroix a payé pour ses nombreuses acquisitions en 2003 et 2004. Ces acquisitons payées sans financement, avec la bénédiction de l'AMF. vous verrez comme Singe Laid se moque de nous, lorsqu'il prétend que tout semblait ok.
À demain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Jeu 16 Fév - 12:15

Encore un autre.

Bonne journée,
Enyl

Mise à jour le mercredi 15 février 2006 à 17 h 47Envoyer à un amiImprimer
Norbourg

QUI AURAIT DÛ SAVOIR?

Le plus stupéfiant dans cette fraude présumée, c'est que personne n'ait rien vu. Il y avait plusieurs chiens de garde, mais aucun d'entre eux ne s'est aperçu de quoique ce soit.

Le gardien des valeurs, Northern Trust, ne se serait jamais aperçu que ses rapports quotidiens sur la valeur des actifs qui lui étaient confiés par Norbourg étaient falsifiés.

Quant aux firmes d'experts-comptables, KPMG, PricewaterhouseCoppers et Beaulieu Deschambault, elles n'ont rien vu non plus lors de la vérification des états financiers des différentes entités de Norbourg.

Quelques jours après que le scandale eut éclaté, KPMG a fait apposer des scellés pour empêcher les enquêteurs d'avoir accès à 3 boîtes de documents cruciaux contenant des informations sur les états financiers de 2003, 2004 et 2005 des Fonds Évolution de Norbourg. Un geste qui a irrité l'Autorité des marchés financiers. KPMG a invoqué le secret professionnel pour interdire l'accès à ces documents.

L'Autorité des marchés financiers a, depuis, obtenu le droit d'avoir accès à ces documents, mais elle n'a pas compris le comportement de la firme comptable qui a contribué, selon elle, à retarder son enquête.

Le porte-parole de l'AMF, Philippe Roy, nous a déclaré: « En agissant de la sorte, KPMG donne l'impression qu'elle a quelque chose à cacher. Chose certaine, cette démarche de KPMG n'est pas à l'avantage des investisseurs ».


Soulignons que le 21 octobre 2005, KPMG et les 2 autres firmes d'experts comptables ont été ajoutées aux entreprises et individus visés par la demande de recours collectif qu'a déposée un investisseur de Norbourg.

Dans sa requête, la firme d'avocats Lauzon et Bélanger allègue que « les vérificateurs, KPMG, n'ont visiblement pas fait le simple calcul et la comparaison entre les montants indiqués dans les rapports de garde trimestriels non falsifiés et les montants de chacun des fonds indiqués dans les états financiers internes des Fonds Évolution ». La firme conclut que « les vérificateurs ont failli à leur tâche d'assurer une vérification efficace et utile des états financiers ». Le recours collectif vise également le gardien des valeurs, Northern Trust.

L'AMF a-t-elle trop tardé avant d'agir?

Cela dit, l'Autorité des marchés financiers est elle-même l'objet de critiques. Certains éditorialistes se sont demandé si l'AMF n'avait pas trop tardé à agir dans le dossier Norbourg.

Rappelons que l'Autorité des marchés a commencé à surveiller les activités de Norbourg en octobre 2004 dans le cadre d'une inspection de routine reliée au scandale du « market timing » et du « late trading » dans l'industrie des fonds communs de placement. Il s'agit d'opérations spéculatives qui réduisent les gains à long terme des investisseurs.

L'inspection de l'AMF s'est par la suite transformée en enquête formelle. Mais il a néanmoins fallu plusieurs mois avant que l'Autorité n'intervienne et ne gèle les actifs de Norbourg au mois d'août 2005.

Pendant ce temps, l'argent des investisseurs a continué d'être détourné. Selon le rapport de la firme d'expert comptable Ernst & Young, du 31 décembre 2004 au 31 juillet 2005, environ 35 millions de dollars ont disparu des coffres.



L'Autorité des marchés aurait-elle pu mettre fin à cette hémorragie avant? Non, répond son président Gilles St-Gelais, qui affirme que l'AMF avait besoin de preuves solides avant d'intervenir: « Dans notre société, on ne peut pas poursuivre quelqu'un en le présumant coupable. Moi, j'aurais bien aimé, au premier dollar, dire: on arrête ça, on bloque ça tout de suite. Si on avait pu... Malheureusement, c'est beaucoup trop tard ». (1).

La directrice générale des affaires juridiques de l'AMF, Nathalie Drouin, a déclaré que l'organisme de surveillance a exigé, à plusieurs reprises, que Norbourg lui fournisse des preuves au sujet de revenus qui avaient l'air suspects. « Quand on leur demandait de se justifier, on recevait des choses qui se tenaient sur papier. Ils ont falsifié de nombreux documents. On n'y voyait que du feu. Nous aussi, nous avons été leurrés ». (2)

M. Saint-Gelais ajoute : « Ce qui a débloqué la chose, c'est que quelqu'un [on apprendra que c'est un v.-p. finances de Norbourg] est venu faire une déclaration volontaire en nous disant : voici, je suis prêt à me mettre à table. Et, à partir de là, on a agi sans attendre. Avant ça, on avait des pistes à gauche et à droite, mais rien ne nous permettait d'aller devant un tribunal et de demander le blocage des sommes ».

L'Autorité des marchés assure qu'à partir du moment où elle a eu des preuves de détournement de fonds, il ne lui a fallu qu'un mois avant d'obtenir l'autorisation d'un tribunal pour bloquer les actifs de Norbourg.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 20:54

Bon...J'ai décidé de commencer ma journée de demain d'un esprit plus ZEN...J'ai sorti mon vieux gros pot de beurre de peanut en écureuil pour économiser.

J'ai le contrôle. Ha!ha!

Enyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 20:44

Laporte savait tout cela lorsqu'il a annoncé en grande pompe avant les fêtes le chèque de la liquidation des fonds. Le mois de délais, les contestations etc... Choisir entre comprendre une personne qui a fait de fausses annonces et ensuite dire que cétait pas sa faute si des investisseurs se sont manifestés, c'était leur droit de le faire et à lui de prévoir que ça aurait pu arriver et attendre avant d'annoncer le fameux chèque.

Je connais les délais etc... lui a agi trop rapidement. Combien de gens attendent et désespèrent depuis Noël parce qu'un Laporte n'avait pas prévu....je ne peux rester de bois devant ces imbécilités et le désespoir des gens qui attendent.

Enyl


Dernière édition par le Mer 15 Fév - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 19:28

Un vrai vaudeville !


Vous souvenez-vous des matchs de lutte Grand Prix, dont nous étions si friands lorsque nous étions enfants ? Vous savez, ces combats au cours desquels l'arbitre tournait toujours le dos à l'action lorsque les méchants assénaient des coups irréguliers aux bons ? Cela nous faisait bien rire. Le hic, c'est que des scènes aussi burlesques se répètent ces jours-ci, au Québec.Cette fois, les méchants ne sont plus des escrocs d'opérette. Exit, les Maurice "Mad Dog" Vachon et Tarzan "La Bottine" Tyler de ce monde. Place à Vincent Lacroix et John Xanthoudakis.


1 février 2006


Par Yves Gingras


Publicité


Mais y perdons-nous au change ? Sûrement pas pour ce qui est du vaudeville, sauf que cette fois-ci, ce n'est pas arrangé avec le "gars des vues" : ça fait mal pour vrai! Demandez-le aux épargnants.

Pendant ce temps, Vincent Lacroix et John Xanthoudakis sont toujours en liberté (et en possession de leurs passeports).

Amusez-vous à voler une simple bouteille de vin à 15 $ au dépanneur, et vous serez traité avec beaucoup moins d'égards.

Ce scénario est digne des meilleurs moments de la lutte Grand Prix.

Voyons le casting, maintenant. L'arbitre qui ne voit jamais rien et qui intervient trop tard ? L'AMF, bien sûr. Les mécréants ? Norbourg, Mount Real et iForum. Les bons qui se font passer à tabac ? Les petits épargnants québécois. Et la foule ? Le public et les médias, qui s'époumonent pour avertir l'arbitre, en vain : ce dernier persiste à regarder dans la mauvaise direction, comme l'AMF, qui n'a pas pris au sérieux une télécopie reçue du Centre d'analyse des opérations et des déclarations financières du Canada (CANAFE) qui portait sur les transactions douteuses de Norbourg. Cette AMF qui oublie de perquisitionner chez Vincent Lacroix...

Cette AMF qui n'a pas pris au sérieux le glas qu'avait sonné Finance et Investissement 14 mois avant les perquisitions chez Norbourg.

"On n'agit pas sur la foi d'un article de journal", nous fait remarquer Jean St-Gelais, grand patron de l'AMF.

Eh bien, soit! Mais force est de constater que malgré nos modestes moyens, bien limités par comparaison avec ceux de l'AMF, nous avons réussi à donner l'alerte à quelques reprises.

Jusqu'à maintenant, j'étais plutôt favorable au maintien de la juridiction provinciale sur les valeurs mobilières, sans être nécessairement contre l'idée d'une commission fédérale.

En fait, je pensais tout simplement que c'était à ceux qui proposaient un changement de faire valoir la pertinence de celui-ci. Disons que depuis, mon point de vue n'est peut-être plus le même.

Mais, soyons justes ! Jean St-Gelais me faisait remarquer que les recours entamés depuis six mois témoignent justement du fait que l'ère du laxisme est bel et bien terminée.

Il soulignait aussi que plusieurs personnes qui font maintenant des gorges chaudes de l'AMF étaient bien silencieuses avant que ne soient dévoilés les scandales. Nous devons peut-être donner en partie raison à Jean St-Gelais: il y avait beaucoup de complaisance dans le milieu financier québécois jusqu'à tout récemment. On fermait les yeux devant les agissements de partenaires, de confrères et de consoeurs, de clients, etc.

À présent, nous prenons acte et sommes prêts à donner la chance au coureur. Mais disons qu'il est parti en retard, ce coureur, comme le lièvre de la fable. Espérons qu'il sera un meilleur sprinter!


ET bien voilà,

Enyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 17:42

Jean St-Gelais s'explique


L'Autorité des marchés financiers a été maintes fois critiquée en 2005. Finance et Investissement a rencontré Jean St-Gelais pour obtenir sa version des faits. Voici des extraits de l'entrevue réalisée avec le président-directeur général de l'AMF.Finance et Investissement: Plusieurs personnes dans le milieu ont accusé l'AMF d'avoir agi avec amateurisme dans le dossier Norbourg. D'autres disent qu'à la suite de la publication des articles de Finance et Investissement, vous auriez dû agir. Que répondez-vous à ces accusations ?


1 février 2006


Par Yves GIngras


Publicité


Jean St-Gelais. Ce qui nous préoccupe au premier chef, c'est la protection du public. Tous nos gestes sont jaugés à savoir si cela contribue à mieux protéger le public.[...]

Dans le dossier Norbourg en particulier, plusieurs personnes ont dit des choses, mais nous sommes, heureusement, dans une société de droit et, avant d'agir, nous avons besoin de preuves recevables devant les tribunaux. De ce point de vue, nous croyons avoir agi correctement et ne pas avoir tardé indûment.[...]

C'est certain que 130 millions de pertes, c'est trop. Nous aurions voulu que ce soit zéro. Je ne dis pas que nous avons été parfaits et qu'il n'y a aucun problème, mais nous avons agi correctement, en tenant compte des informations que nous avions au moment où nous devions agir. Il y a place à amélioration, comme dans toute organisation. [...]

Dans ce dossier, nous n'avons pas reçu de plaintes d'investisseurs, et personne dans l'industrie ne nous a amené des cas ou des faits probants. Malgré tout le respect qu'on doit aux médias, ce n'est pas sur un simple article que nous allons bouger. [...]

Lorsque nous avons eu des inquiétudes sur la croissance accélérée de Norbourg, nous avons posé des questions aux dirigeants, et les rapports ont toujours été remis à temps et vérifiés par des vérificateurs externes. Nous devions donc conclure que Norbourg se conformait. [...]

Lorsque, à l'automne 2004, nous avons commencé à poser des questions plus serrées, Vincent Lacroix répondait chaque fois avec ses avocats, toujours à la limite du deadline, en donnant des informations pas toujours complètes. De toutes les professions libérales (avocats, comptables, etc.), on venait nous réconforter. [...]

On a parlé à plusieurs reprises du rapport de février 2005 de la CANAFE. Or, ce rapport a été remis aux corps policiers, non à l'AMF, et nous n'avons pas d'entente avec le Centre canadien d'analyse des opérations financières. Une télécopie a effectivement été envoyée à l'AMF, mais pas de façon officielle. Quelqu'un nous l'a fait parvenir sans mise en garde (warning). [...]

La CANAFE s'occupe de questions de blanchiment, et ces questions ne sont pas de notre ressort. Or, pour nous, un rapport de la CANAFE, ça concerne le blanchiment d'argent. Si quelqu'un nous avait téléphoné et nous avait suggéré de prendre connaissance du rapport, nous n'aurions pas attendu. [...]

Un autre élément, c'est Éric Asselin. Il est venu témoigner le 9 août et il a ramené l'information le 15 août. Le 25, on perquisitionnait. On dit qu'il est allé voir la police avant. Pour les détails, allez leur demander à eux, moi, je ne sais pas ce qui s'est passé.

Dans les affaires Norshield, Mount Real et iForum, prévoyez-vous faire d'autres perquisitions ?

En cours d'enquête, nous ne pouvons pas dire grand-chose. Mais dans l'ensemble des entreprises qui gravitent autour de ces joueurs, oui, il est certain qu'on n'exclut rien. Plus nous avancons, plus nous trouverons des indications, et nous prendrons des recours contre ceux qui seront soupconnés d'avoir commis des gestes pas corrects.

Des gens du milieu qui ont été en contact avec Vincent Lacroix ou avec les dirigeants de Norshield ont admis ne pas avoir été contactés pour interrogatoire, ni par la police ni par l'AMF.

Dites-leur qu'ils sont les bienvenus s'ils veulent nous appeler... Après un scandale, les gens nous disent souvent : "Nous, on le savait." Avant, ils nous disent plutôt : "Vous savez, je suis dans l'industrie, je ne peux pas parler. Vous devez comprendre." Je regrette, je ne comprends pas !

D'autres personnes constatent que vous semblez un peu distant de l'industrie. Par exemple, on prétend qu'après votre nomination, vous avez mis plus d'un an pour vous présenter au congrès de l'IFIQ ou à celui de la Chambre de la sécurité financière, alors que vous auriez été prompt à vous rendre lors de congrès internationaux.

Je n'ai pas la prétention d'avoir tout fait correctement. Les organismes qui me sollicitent sont nombreux. Au cours de la première année de mon mandat, j'ai essayé, avec mon équipe, de me concentrer sur la gestion interne. Ce n'est qu'au cours de la deuxième année que nous avons commencé à nous ouvrir. Nous avons voulu, la haute direction et moi, tisser des liens plus étroits avec l'industrie, mais sans bifurquer de notre mission, la protection du public. [...]

Peut-être aurais-je dû en faire plus. Mais il aurait été mal avisé, en début de mandat, de sortir voir tout le monde et de me faire demander plein de choses, puis de ne pas être en mesure de répondre aux demandes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie



Nombre de messages : 872
Localisation : montreal
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 16:41

Oui l'honneur !

Qu'on nous rembourse et qu'il se démêle dans cette histoire sordide après ! J'abonde dans le même sens que vous.

On n'a rien entendu et on n'a rien vu j'en suis certaine ! Ce qu'on a vu à date c'est la pointe du iceberg et je crois que le système en place n'est pas adapter à affronter une telle réalité !

Des bévues, des erreurs, des oublis, de la complicité, de l'indifférence, de la fuite, de l'incompétence alouette.....on n'a rien vu encore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 16:19

En trois ans, L'AMF est allée chez Norbourg enquêtée pendant 6 semaines. Il n'ont rien vu........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pourl'honneur



Nombre de messages : 487
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: les gaffes de l'AMF   Mer 15 Fév - 16:14

Enyl, lorsque vous parlez de la plus belle gaffe de l'AMF est la perquisition tardive de la maison Lacroix, peut-on rappeler quelques faits:

en 2002, la CVMQ(ancêtre de l'AMF) refusait à Lacroix d'acheter Maxima Capital parce qu'elle questionnait la provenance de son argent. Pourtantpar la suite, et sachant qu'il n'y avait aucun emprunt:
Elle approuve l'acquisiton par Norbourg de Investissements BBA
Elle approuve l'acquisition parNorbourg du Groupe Futur
Elle approuve l'acquisiton par Norbourg des Fonds Évolution(vendus par la Caisse de Dépôt)
Elle approuve l'acquistion par Norbourg de Teraxis(vendu par la Caisse de Dépôt)
elle approuve l'acquisition par Norbourg de SPA
Elle approuve l'acquisition de services financiers DR
Tous ces achats effectués sans emprunt !!!

En plus, le 10 février2005, le rapport du CANAFFE est déposé à l'AMF. On y signale qu'il y atrop d'argent dans les comptes de Norbourg International à la Caisse pop de La Prairie... Et l'AMF n'intervient pas avant le 25 août 2005. Ce délai de plus de 6 mois a permis à Lacroix de saigner les fonds qu'il gérait, sous la surveillance de l'AMF !!!
Et Saint-Gelais dit qu'ils ont bien travaillé. Qu'on nous rembourse, et ensuite, que l'on déclanche une commission d'enquête. Mais j'insiste, qu'on nous rembourse d'abord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur
Admin


Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 13/12/2005

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 16:05

Voici ce qu'écrivait l'éditorialiste de La Presse Michèle Boisvert, vendredi le 10 février 2006.

"...Et que penser de Norbourg? Près de six mois après le début de l'enquête policière, aucune accusation n'a été portée. C'est un cas complexe, nous en convenons, mais comment ne pas s'impatienter lorsqu'on apprend que la Police des marchés financiers, l'escouade spécialisée qui mène l'enquête criminelle pour fraude sur Norbourg, manque de personnel. Dans un article publié au début du mois , Denis Arcand de La Presse Affaires, relatait que les deux enquêteurs les plus impliqués dans le dossier Norbourg ne font plus partie de la Police des marchés financiers. C'est à pleurer...."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scandale-norbourg.forumpro.fr
Valérie



Nombre de messages : 872
Localisation : montreal
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 14:52

Notre situation est très frustrante.
Demandez à quiconque a eu maille à partir avec la justice, rares sont ceux qui ne vivent pas de frustration. Les délais, les décisions, c'est le système. Scandale du sang contaminé. Les victimes attendent depuis 20 ans un procès et tout est remis tout le temps.

Je ne veux pas défendre M. Laporte, pas dutout, mais je crois que lorsqu'on l'entend dire qu'il liquide 75 M c'est simplement qu'il se réfère au montant total mis en cause, les informations circulés par les médias, il faut en prendre et en laisser on en a encore eu la preuve hier.

Les honoraires sont élevés et je ne crois simplement pas que c'est à nous à les payer. Si il faut contester ce fait, je suis la première à embarquer.

Et je n'oublie pas que c'est l'argent des fonds Perfolio qui paye tout ça ! J'en suis très consciente. Nous payons l'avocat qui veut prendre nos économies et la diviser entre 9200 investisseurs. Les frustrations sont très grandes. Les Perfolio se sont fait voler par Vincent Lacroix et maintenant on veut prendre ce qui nous reste et le donner ! Croyez-moi j'ai un pincement au coeur à chaque fois que j'y pense !

Mais, je ne crois pas que ce soit Pierre Laporte le responsable de tout ça. Mais, si on veut contester ses honoraires je suis la première à embarquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 14:40

Nous voulons tous quelque part croire à quelque chose qui pourra nous mettre un peu d'onguent sur le bobo. Nous voulons tous récupérer notre argent que nous avons perdu de différentes façons, nous sommes tous injustement ruinés nous avons tous raisons de vouloir la récupérer.

Je crois que les compagnies qui devaient protéger l'argent ne l'a pas fait, L'AMF fait de la fausse pub, ils nous protègent en autant que rien se passe.

J'en ai marre de toute cette boulchite aquadémique et de cette diarrhée d'explications plus nuls les unes que les autres. C'est pas 10 capitaines que ça prend pour un navire c'est un et où est-t-il......

La seule chose qui se passe présentement c'est un paquet de gens qui travaillent forts pour nous et sont bien payés par nous mais qu'en bout de ligne il ne se passe rien......

Bon voilà, je dois retourner au travail.

Enyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie



Nombre de messages : 872
Localisation : montreal
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 14:31

Enyl,

Norbourg (compagnies) est en faillite. C'est un fait et la liquidation des fonds est le résultat de cette faillite. C'est un fait incontestable. Ça n'a rien à voir avec des accusations criminelles qui pourront éventuellement être déposées. Les compagnies n'étaient plus viables et elles ont dûes être mises en faillite. C'est tout. Le ministère n'avait pas à attendre d'accusations pour ordonner une liquidation. L'administrateur provisoire a vite conclu que Norbourg n'était plus viable et qu'il n'y avait aucun espoir de raviver l'entreprise. Seuls Tandem et Spa était toujours viables et les deux ont été vendus. Il n'y avait aucune solution que de liquider les argents pris dans ce gouffre. Ça n'a rien à voir avec des accusations, il n'y a plus de Norbourg !

Vincent Lacroix conteste sa mise en faillite personnelle. C'est un autre volet du dossier.

Je ne crois pas que Pierre Laporte mène un bateau. Le ministère a nommé Ernst & Young comme liquidateur des fonds. Je crois sincèrement que Pierre Laporte accomplit son mandat.
Que nous fassions les frais de cette mesure, je crois que c'est plus que discutable. Ernst a été mandaté par le ministère pourquoi est-ce que ce n'est pas le ministère qui assume les frais. Dans les autres scandales où il n'y a plus d'argent à récupérer, qui assume les frais ? Qu'il y ait abus côté honoraires, je le crois. J'écris à l'Autorité des marchés mais je n'ai jamais aucune réponse!!!!!

La liquidation n'est qu'un aspect du dossier. C'est loin d'être un finalité. La bataille n'est pas livrée. Loin de là. La liquidation n'est pas un acte de résignation ! Ce n'est pas une négociation qui conclut un marché. C'est une action qui se devait d'être posée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 14:20

Comment peut-on promettre à 9200 personnes qu'ils vont avoir leur argent avant les fêtes en sachant très bien que ce n'était pas le cas.

1. Dossier trop complexe, groupe de gens qui prennent en main leurs défenses.

2. Délais trop cours pour liquider les fonds.

Tu peux penser ce que tu voudras Valérie et c'est correct mais en ce qui me concerne M. Laporte blame les autres pour des choses qu'il était payé pour penser.

Il est très bien payé pour ce job. Moi j'ai très bien entendu sur le site mentionné ci-haut, il disait haut et fort qu'il liquiderait 75millions et en sourdine tout bas moins les montants .........Il a dit la vérité mais de façon assez sournoise et ça d'une personne que je paye, j'ai une petite misère avec ça. Pourquoi n'a-t-il pas dit haut et fort 60 millions comme tu dis et qu'il gardait un montant pour les prochaines procédures, parce qu'il voulait bien paraître......

Enyl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie



Nombre de messages : 872
Localisation : montreal
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 13:48

Norbourg est en faillite. Il fallait liquider les fonds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
M

avatar

Nombre de messages : 180
Date d'inscription : 22/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 13:32

l'erreur la plus flagrante de L'AMF est qu,ils ont fait la perquisition au domicile de VL plusieurs mois plus tard.....
ALors les avocats pour le recours collectif pourront démontrer qu'il y a eu faille et que les investisseurs doivent etre remboursé....
De plus, il ya plusieurs autres erreurs!!!!!! comme bloqué norbourg alors que les marchés sont ouverts, habituellement on bloque après ou avant la fermeture............
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pourl'honneur



Nombre de messages : 487
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 13:18

C'est bien beau que l'on parle de la décision future du Juge Mongeon, et que nous avions bien hâte que la liquidation se fasse, mais il ne faut pas oublier qu'il nous manquera encore une bonne partie de nos avoirs. J'espère que vous tous avez communiqué et continuez de communiquer avec nos élus.
Je refuse de recevoir une partie de mon dû. Que nos élus nous indemnisent pour réparer les errreurs de l'AMF. soyons ferme, ne nous contentons pas seulement de ce que Laporte, Mongeon et cie daigneront nous remettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 12:59

Le problème est que Lacroix n'a aucune accusation contre lui et E and Y était prèt à liquider avant les fêtes un compagnie qui n'a rien fait encore finalement. Est-ce que c'était légal de liquider une compagnie qui n'a pas encore été accusé?Je crois que M. Laporte nous a mené un bien beau bâteau et essaie de se disculper sur le dos des autres tout en encaissant son petit chèque hebdomadaire dans les fonds. Pourquoi le juge a de la difficulté à prendre une décision, la compagnie et Lacroix ne sont toujours pas accusés. Un vrai micmac juridique à nos frais.

Enyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie



Nombre de messages : 872
Localisation : montreal
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 12:27

Malheureusement Enyl, certains délais sont obligatoires. Ernst & Young doit faire passer un avis de liquidation dans les journaux pour aviser ceux qui ne se seraient pas encore manifestés (via les feuilles que nous devions remplir et retourner). C'est la loi.....un peu comme lorsqu'on liquide une succession......Je crois vraiment que Laporte aurait souhaité liquider avant les Fêtes. C'est Me Fontaine qui s'est présenté le 15 décembre pour dire qu'il n'était pas prêt à plaider et de là les retards se sont enchaînés. Si le processus s'était enclenché le 15 décembre la liquidation serait terminée (je crois....).
Le délai d'appel est une réalité. C'est encore la loi qui le prescrit. Et je crois qu'il faut être très réaliste et si le juge penche en faveur d'une globalisation, on peut s'attendre à ce que les Perfolio utiliseront le droit d'appel car la loi stipule qu'un fond est une entité distincte donc il y aurait matière à aller en appel.
Je ne sais pas si il est trop tard pour que le juge utilise son droit de décision qui s'applique immédiatement, nonobstant appel. Ceci empêche un droit d'appel. Mais je ne sais pas si c'est seulement dans les cas où les juges donnent un verdict "sur le banc" sans se retirer comme il l'a fait dans notre cas avant de donner son verdict. Je ne suis pas avocate.....j'essaye juste de m'informer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Dans les médias   Mer 15 Fév - 12:07

Encore des délais, toutes les raisons sont bonnes, j'aimerais savoir comment il a pu dire avant les fêtes que nous aurions droit à un chèque avant Noël.

Enyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans les médias   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans les médias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» #TMCweb3 #publicité #communication : Pourquoi le « #BrandContent » explose dans les #médias
» DSA obligatoire dans les ASSU ?
» Cherche stage en entreprise dans le cadre d'une reconversion
» PARKER fait la Chasse à l'eau dans le kérosène !
» changement dans les conditions de travail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scandale Norbourg :: Scandale Norbourg-
Sauter vers: