Scandale Norbourg

Échanges sur le scandale Norbourg
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Stratégie Future d'investissement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Stratégie Future d'investissement   Jeu 23 Mar - 23:35

Un gros merci à Mme A. pour cet article.


Bonjour,
Vous recevez cette lettre financière car votre
ami(e) a pensé qu'elle saurait vous intéresser.







L’industrie des fonds mutuels décidera-t-elle d’agir suite à l’histoire Norbourg ? Près de 8 mois après l’éclatement du scandale Norbourg, rien n’est réglé. Faut-il s’en étonner ? Probablement pas, un dossier aussi complexe demande beaucoup de temps. Notre étonnement doit plutôt se diriger vers la réaction de l’industrie des fonds communs de placements. Aucune campagne publicitaire n’a été mise en place afin de rassurer les investisseurs face aux autres acteurs de l’industrie. Malgré tout, l’industrie s’est très bien portée lors de la dernière campagne REÉR, les compagnies ont généré des ventes de $6,3 milliards en janvier et février 2006 comparativement à $6,0 milliards en 2005.

Dans les journaux, nous pouvons lire des articles sur l’histoire Norbourg au moins une fois par semaine. Les investisseurs lésés, les conseillers, les groupes de défense et les journalistes travaillent très fort afin de faire avancer le dossier. Malheureusement, peu d’efforts ont été déployés par les autorités réglementaires et les gouvernements afin de s’assurer qu’une telle situation ne se reproduise plus.
Suivre l’exemple

Une multitude de fonds d’indemnisation existent afin de protéger les consommateurs :

Le fonds d’indemnisation de l’ordre des comptables agréés du Québec
Le fonds d’indemnisation du courtage immobilier
Le fonds d’indemnisation du barreau du Québec
Le fonds d’indemnisation des clients des agents de voyage
Le fonds d’indemnisation de la chambre des notaires du Québec
Le fonds de protection des épargnants (courtier en valeurs mobilières)

L’Autorité des marchés financiers gère un fonds d’indemnisation qui s’étend sur huit disciplines : l’assurance de personnes, l’assurance collective de personnes, l’assurance de dommages, expertise en règlement de sinistres, planification financière, courtage en épargne collective, courtage en contrats d’investissement et courtage en plans de bourses d’études. Le fonds vous protège contre les conseillers avec qui vous faites affaires en cas de fraude, d’opérations malhonnêtes ou détournement de fonds.

Mais, rien n’existe contre les méfaits des gestionnaires de fonds comme Norbourg.

Qu’attendent-ils afin de régler cette faille dans la protection des épargnants ? L’industrie des fonds mutuels génère des revenus mirobolants avec des actifs de $586 à $591 milliards gérés à la fin février selon l’Institut des fonds d’investissements du Canada (IFIC). Les gestionnaires récoltent grosso modo entre 1 % et 3 % à titre de frais de gestion. À une moyenne de 2 %, l’industrie génèrerait des revenus d’environ $11,75 milliards par an.

Si les compagnies s’entendaient pour déposer dans un fonds d’indemnisation que l’équivalent de 0.01 % de l’actif qu’elles gèrent, le fonds s’engraisserait d’au moins $58,6 millions par an. En quelque deux ans, il aurait eu les moyens de rembourser les détenteurs de parts de Norbourg. Par exemple, la compagnie AGF contribuerait environ 4 % de ses bénéfices de 2004-2005 ou grosso modo 0,6 % des ses revenus de la même période dans le fonds d’indemnisation. La contribution de Placements C.I. représenterait 1,61 % de ses bénéfices ou 0,49 % de ses revenus de 2004-2005.

Par ailleurs, si les autorités de réglementation de l’industrie réduisaient les exigences en matière de divulgation d’information aux actionnaires, les compagnies pourraient sûrement contribuer au fonds sans impact majeur sur leur bénéfice. Par exemple, les détenteurs de parts doivent recevoir un coûteux prospectus lors d’un premier achat. Le problème, c’est que personne ne le lit. Plutôt, ils pourraient très bien exiger d’envoyer un document de 4 pages qui serait plus invitant à lire sans brimer les détenteurs de parts tout en exigeant la publication de l’ancien document sur internet.

N’hésitez pas à contacter votre député afin qu’il travaille dans votre intérêt.
Quoiqu’il en soit, il ne faut jamais perdre de vue que l’industrie des fonds communs de placements est d’abord et avant tout constituée de joueurs majeurs qui ont tout intérêt à s’assurer que leurs opérations soient gérées selon les règles de l’art compte tenu de la valeur marchande de leur entreprise.



Le Groupe Option Retraite est membre du Fonds canadien de protection des épargnants
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Stratégie Future d'investissement   Jeu 16 Mar - 11:35

Le courtier parfait, nous sommes un cas isolé mais on va les aider parce qu'on sert d'exemple, pis ça ya pas couté une cenne. Sommes nous les mauvais clients qui demandent trop, j'espère que non, tout dépend du vécu et d'où on se situe.

Le p'tit gars de Saint-Henri


Charles Larente est une légende vivante : il gère 700 comptes d'investissement d'une valeur nette de plus de un million de dollars chacun. Voilà, selon toute vraisemblance, le bloc de clients le plus colossal du courtage en valeurs mobilières au Canada.Le décor est majestueux. Un grand hall ouvert, paré d'un alliage d'acier et de marbre. Par le toit translucide, la Tour de la Banque Scotia se dresse, ornée de verre rose.


1 mars 2006


Par Bruno Leblanc


Le bureau du conseiller de ScotiaMcLeod se trouve quelques mètres plus haut, au 15e étage. L'homme est courtois, bien mis. Il vous accueille chaleureusement et accroche lui-même votre manteau.

Avec un entregent sans faille, il vous invite à passer dans son bureau. Un pot de cristal rempli de bonnes vieilles "paparmans" roses y trône. Prenez une profonde respiration et relaxez : vous venez d'entrer dans l'univers très rassurant de Charles Larente.

Ne vous laissez toutefois pas tromper par les apparences. Charles Larente est l'illustration même du vaillant canard : calme en surface, mais pédalant avec frénésie sous l'eau. Cet homme, à lui seul, a accumulé une clientèle évaluée à plus de 2 G$ et le groupe qu'il a constitué pèse pour près de 3G$.

La légende

Si vous demandez à Charles Larente ce que cela fait d'être considéré par ses pairs comme une légende vivante, il éclate de rire. "Je suis surtout heureux d'être vivant ! Mais c'est un beau compliment."

Il est évident que cet homme avenant et affable maîtrise à la perfection l'art du service à la clientèle. "Dès le début de ma carrière, j'ai compris que le travail d'un conseiller en placement consiste essentiellement à donner du service." En apparence simple, cette approche est, dans les faits, très exigeante. "Après 35 ans de métier, je travaille encore de 70 à 75 heures par semaine", dit-il.

Pour lui, la vie et la réussite sont essentiellement des questions de choix personnel. En maintenant une discipline de fer, il a réussi à jouer son rôle de père de famille. Des problèmes de conciliation travail-famille ? Pas du tout ! "Mon épouse et moi, nous nous sommes adaptés à un style de vie qui nous rend parfaitement heureux."

À présent, cet homme est au sommet de sa carrière. Pourquoi ne pas tout arrêter et profiter d'une retraite bien méritée ? Jamais ! "J'aime ce que je fais. Prendre ma retraite ? Je m'ennuierais !" lance-t-il.

Du bout des lèvres, il reconnaît toutefois l'importance de décrocher. Une semaine de vacances à la fois, tous les trois mois. "Avec les années, j'ai appris à faire cela", avoue-t-il.

Voilà donc un personnage atypique, férocement charismatique et d'une simplicité désarmante. La personne idéale pour calmer les esprits quand il est question d'argent.

Des origines modestes

Charles Larente a vu le jour à Montréal, dans le quartier Saint-Henri. Son adolescence, il l'a passée dans l'Ouest de l'île et a appris l'anglais avec les copains, dans les rues de LaSalle. Aujourd'hui, il a tout du "all Canadian boy". "Je ne viens pas d'une famille fortunée. Mon père cumulait trois emplois pour arriver."

"Mon père avait deux grandes qualités : il était travaillant et honnête. Mes parents m'ont appris qu'il n'y a rien de facile dans la vie. Que l'on doit gagner sa place tout en restant honnête."

L'homme a fait de ces conseils son mantra. "Voilà exactement les valeurs que j'ai essayé de respecter toute ma vie", dit-il. Diplômé en 1970 de HEC Montréal, il entre la même année à l'emploi de la firme torontoise McLeod Young Weir, qui s'intéresse à lui et où il fera tout de suite l'unanimité. D'ailleurs, cette firme, il ne la quittera plus, et il y est associé depuis 35 ans maintenant. "Je voulais faire autre chose que d'exercer une profession libérale traditionnelle. Après avoir suivi un premier cours en placement, j'ai tout de suite su ce que je voulais faire", explique-t-il.

Fidélité à ScotiaMcLeod

Charles Larente a connu un succès monstre en s'associant pendant toute sa carrière à une seule firme. Doit-on en conclure que les conseillers qui envisagent de changer de firme font fausse route? "Pour ma part, je n'ai jamais eu de raisons de partir. Il faut comprendre que quand un conseiller change d'employeur, il court de grands risques, particulièrement quand il a une clientèle établie."

Pour Charles Larente, il est clair qu'il y aura une perte de clientèle. C'est inévitable, car certains clients demeureront fidèles à la firme, quoi qu'il arrive. Il existe aussi un risque encore plus grand : ne pas connaître les personnes clés de la nouvelle organisation. "À cet égard, il y aura indéniablement un recul", ajoute-t-il.

L'idée de changer d'emploi ne doit pas nécessairement être exclue pour autant. "Le conseiller doit évaluer la situation. Dans certains cas, un changement s'impose, mais n'oublions jamais que le gazon paraît toujours plus vert chez le voisin. On doit bien peser le pour et le contre, et s'assurer de prendre une décision intelligente." Malgré ce que vit un conseiller à l'intérieur de sa firme, "une chose est certaine : les clients n'aiment pas ce type de changement". À faire après mûre réflexion, donc.

Les bons clients

Charles Larente possède un arsenal impressionnant de "trucs" éprouvés pour tirer son épingle du jeu. Ses idées sont bien arrêtées. Par exemple, pour lui, un conseiller doit absolument trouver le courage de se départir très vite des mauvais clients.

"Il y a des gens qui demandent des choses impossibles ou qui exigent simplement trop." Tolérer ce genre de client peut nuire à notre moral et, éventuellement, à notre productivité. "Quand on sait qu'on a fait tout ce qu'il fallait, qu'on a agi pour le mieux et que le client s'entête à demander l'impossible ou, pire, est impoli, il faut mettre un terme à cette relation. Voilà le meilleur conseil que je puisse donner aux autres conseillers", conclut-il.

L'avenir

Pour Charles Larente, l'intégrité et l'indépendance des conseillers sont les piliers fondamentaux de l'industrie. Malgré les récents scandales et les allégations de pressions liées aux produits maison, Charles Larente réfute l'existence de problèmes structuraux.

"Je ne pense pas que la réputation de l'industrie financière soit en danger. Selon moi, Enron, Portus et Norbourg sont des cas isolés. Le bon point, après ces scandales, c'est que les organismes de réglementation et les services de conformité des firmes de courtage sont devenus plus exigeants, et peut-être même un peu trop, en ce moment", constate-il.

Pour ce qui est de la question de l'indépendance, "il faut impérativement que les conseillers puissent choisir en toute liberté les produits de leurs clients et ne subissent pas de pressions pour vendre des produits maison. Je suis cependant convaincu qu'à l'heure actuelle, ce genre de question ne pose pas de problèmes réels dans l'industrie".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie



Nombre de messages : 872
Localisation : montreal
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Stratégie Future d'investissement   Lun 13 Mar - 13:25

Euquinom,

Qui blâmera St-Gelais? Le recours de Lauzon (même si pas parfait) le fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
euquinom

avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 23/02/2006

MessageSujet: Après mûre réflexion   Lun 13 Mar - 10:04

J'ai lu le Journal de Montréal de ce matin (lundi 13 mars), on parle encore de Norbourg. Saint-Gelais essaie de sauver sa peau, ce gars là s'il est sincère et qu'il veut vraiment protéger les investisseurs devrait nous payer nos dûs et ensuite faire toutes les poursuites qu'il voudra, il a l'air d'un ange....lui.......il blâme les avocats d'Eric Asselin........mais lui qui le blâme ou le blâmera. Il se doit de protéger sa job de quelques $$$$$$.00
par année, mais à ce compte-là il est mort de rire, le seul qui lui tire un peu dessus c'est justement l'avocat en conflit d'intérêt. Je trouve qu'ils sont dure à suivre........mais voyons messieurs, faites votre guéguerre entre vous et câl.....la paix. Payez-nous, et battez-vous après, nous on s'en fout de votre guerre de mots. Allez un petit effort et montrez-nous comment vous êtes VRAIMENT!!!!!%&%?% pig Rolling Eyes lol! À ce compte là j'aurai les dents pourries et les cheveux blancs lorsque j'aurai reçu mon argent. Par conséquent j'aimerais mieux pas car j'avais comme nous tous plein plein de beaux projets. Bonne journée à vous tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Stratégie Future d'investissement   Sam 11 Mar - 22:41

HAAAAAAAAAAAA, les poursuites, c'est plutôt une guerre de petits chefs indiens entre eux. Quand j'ai lu la presse de ce matin, tout le monde veut défendre son intégrité. Bien désolé, AMF, désolé VL, désolé Northen trust, désolé Concentra trust et désolé le reste de la gagne car à vouloir protéger votre intégrité malgré vos erreurs vous avez scrapé 20 ans d'évolution en finance des petits épargnants. C'est ça vous pouvez la défendre tant que vous voulez votre intégrité, il n'y aura plus personne pour mettre de l'argent dans vos beaux placements protégés contre la fraude.

AVEZ-VOUS OUBLIÉ les 9200 épargnants au travers de votre gueguerre, pensez -vous qu'ils ont 20 ans à perdre à vous voir vous battre pour votre intégrité. Avez-vous pensé que ces gens ont de la famille, des enfants, des soeurs, des frères...dites moi vous les parfaits vont-ils investir d'après vous? Compter pas sur moi pour vous appuyez dans votre gueguerre stérile.

Enyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
euquinom

avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 23/02/2006

MessageSujet: stratégie   Sam 11 Mar - 22:11

moi aussi j'aurai aimé faire confiance à tout ce beau monde là. Il y a quelques années ''L'AVANT NORBOURG'' je faisais confiance à une grosse firme connu de la région et son représentant se cäl"""""""de moi.....plusieurs années plus tard je connais des gens qui ont reçu 2 ou5 ou 10 ou 100 selon l'investissement .....un chèque de la maison de fonds car celle-ci flouait ses clients....Ou allons-nous!!!!!!!!!!je me le demande.........je nous souhaite qu'un jour nous recevions un chèque car l'AMF et les autres sont tous autant coupable les uns que les autres, car j'étais la première que lorsque je recevais mon état de compte, je me tapais dans les mains, j'avais confiance.....L'AMF était supposé avoir vérifié.........!!!!!!!!!!!!%?%?%?alors je donnais mes $$$$$en retour de futurs beaux jours, ah! la belle niaiseuse.....!!!!!!Est-ce que dans 5 ou 10 ans je vais recevoir un chèque de la Cie en s'excusant, vaut mieux en rire que d'y croire, mais par conséquent j'aime mieux que le me donne pas ma part des 70 millions restants, car moi ce que je veux ce n'est pas un % du reste mais l'entier de mes placements. Je suis prête à sacrifier mon % maintenant pour récupérer plus tard (après que les poursuites auront eu lieu........!!!!!!!!) J'ai le droit de rêver Sleep affraid albino
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Stratégie Future d'investissement   Sam 11 Mar - 21:46

Les dix commandements de l'épargnant.
I. tu établieras un budget pour contrôler tes dépenses.
II. tu réévalueras tes moyens de transport.
III.tu surveilleras tes dépenses en alimentation.
IV. tucalculeras de près ta consommation d'énergie.
V. tu paieras comptant.
VI. tu ne céderas pas aux caprices de tes enfants.
VII.tu feras tes achats en concidérant les soldes et les articles usagés
VIII.tu distingueras tes besoins de tes désirs.
IX. tu briseras tes rituels de consommation en te privant.
X. tu refuseras le crédit facile.

Oups il y en avait un XI que je n'avais pas lu.

XI tu placeras ton argent durement gagné pour te la faire voler par des VL et tu pourras faire vivre un paquet de gens comme vl, L'AMF, Northen trust et tout ce beau monde qui disent te protéger.

Enyl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique



Nombre de messages : 322
Localisation : Montréal
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Stratégie Future d'investissement   Jeu 2 Mar - 10:34

Je me tournerai vers les États-Unis sans doute, leurs lois sont sérieuses et il y a d'excellentes affaires à y faire présentement.

Je me tournerai aussi vers les banques, c'est dommage mais je prône dorénavant le sécuritaire.

Pour ce qui est du reste du Canada, je ne suis pas convaincue, les autres provinces ont aussi leurs scandales présentement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Floué



Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 28/02/2006

MessageSujet: Stratégie Future d'investissement   Mer 1 Mar - 21:16

Si vous récupérez de l'argent de l'arnaque Norbourg, qu’elle sera votre stratégie pour protéger et faire fructifié votre argent ?

Après y avoir songé, moi je débuterai avec les étapes suivantes :

1- Ne pouvant pas me fier à l'AMF et à notre ministre des désastres financiers pour me protéger ici, le peu qu'il me reste s'en va en Ontario ou autre province dont j'étudie leur AMF et système avant.

2- Si mon courtier n'a pas un minimum de 20 ans d'expérience, je ne suis pas intéressé.

3- Les compagnies et les fonds dont le représentant ou le courtier devront me parler seront des maisons établies depuis très longtemps à travers le Canada et les USA, très grosse et très solide avec un rendement et croissance exemplaires pendant les 10 ou 15 dernières années, (ça ne veut pas dire le plus haut rendement une fois par 3 - 4 ans).
Je parle de compagnie telle que AIM Trimark, Fidélité, AGF et plusieurs autres excellente compagnies.

L'argent qui me restera sera diversifié en au moins 3 différentes stratégies avec 3 différents courtiers (avant Norbourg la diversification de mais investissement m'avait très bien servi durant les 20 dernières années).

Donc la diversification de représentant, de courtier, de produits et de compagnie offrant ces produits.
Les 3 où 4 se compétitionnerons annuellement pour avoir mes dollars supplémentaires, s'il m'en reste encore, une fois que j'aurai fini avec les augmentations d'hydo-Béquec, la SAAQ, la RAMQ et la SAQ. Oh ! J'oubliais le cout exhorbitant du pétrole et de mes LOSEC aussi.
MAUDITE PROVINCE DE C.. !

Quelle sera votre stratégie à vous à l'avenir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stratégie Future d'investissement   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stratégie Future d'investissement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» eCashBroker de 0,8% a 1,5% /jour Investissement avec PAYPAL
» Future maman souhaitant developper son idée! need help!
» La stratégie du choc, interview de Naomi KLEIN
» Présentation d'une future maman entrepreneuse!
» court terme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scandale Norbourg :: Scandale Norbourg-
Sauter vers: