Scandale Norbourg

Échanges sur le scandale Norbourg
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Opinion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Opinion   Dim 15 Mar - 8:46

JOURNAL LE SOLEIL



JOURNALISTES AUX FINANCES DE CE PAYS



MEMBRES DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC



EN CE dimanche 15 mars 2009 04.32



Bonjour,



Avec tout ce qui sort ces jours-ci tant au Québec qu’un peu partout dans le monde, mon commentaire, opinion ou propos joint à la présente reprend à juste titre les mots en titre du 31 août 2005 de l’éditorialiste du Soleil de Québec, Madame Brigitte Breton;



« PERTE FINANCIÈRE ET DE CONFIANCE »





Des milliers d’épargnants québécois (9200) avaient, depuis 1996, déposé en toute confiance de leurs épargnes dans la famille des Fonds Évolution inc



Famille des FONDS ÉVOLUTION INC

Membre corporatif de CAPITAL TERAXIS INC ………..détenue à 80% par CDPQ

Filiale de CDP CAPITAL SERVICES FINANCIERS INC

Filiale de CDP CAPITAL PLACEMENTS PRIVÉS INC

Filiale de CDP CAPITAL INC

Filiale de CAISSE DE DÉPÔT ET DE PLACEMENTS DU QUÉBEC INC

Mandataire légal du GOUVERNEMENT DU QUÉBEC

Représentant démocratique des GENS DE CE PAYS



Faut-il rappeler les mots de l’un d’entre eux, M. Réal Ouimet requérant dans le recours collectif déposer le 25 août 2008 contre la Caisse qui disait sur les ondes de Radio Canada ;

« Tous ceux qui ont investi directement auprès de Vincent Lacroix ou ses représentants ont droit à des indemnités, mais pas ceux qui ont investi dans la Caisse de dépôt », explique-t-il.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie-Affaires/2008/08/25/002-Norbourg-recours-ouimet-caisse.shtml

Nous avions en toute confiance investi nos épargnes dans une famille de fonds québécoise parce qu’elle nous apparaissait digne de confiance à cause de la présence de LA CAISSE DE DÉPÔT ET DE PLACEMENT DU QUÉBEC. Mal nous en pris !

Et avec tout ce qui sort ces jours-ci, je ne puis oublier, à la suite d’une question venue de la salle d’audience, les mots de Vincent Lacroix prononcés en avril 2004 devant un auditoire réuni au Michael Angelo pour être rassuré de la transaction La Caisse Norbourg;

« Monsieur Lacroix, en quoi les épargnants des fonds Évolution devraient être rassurés ou être en confiance de voir leurs épargnes passées de la

Caisse à Norbourg Gestion d’Actifs ? »

Lacroix ;

« Parce que notre firme a été choisie par la Caisse de Dépôt et de Placement pour recevoir les épargnes des québécois placées aux Fonds Évolution, que notre comité exécutif de placements est bien connu des autorités financière et que l’AMF a autorisé la transaction. Cela devrait vous suffire pour être en confiance à l’endroit de notre firme. Donnez-nous l’occasion de vous démontrer que nous sommes digne de confiance. »



Ces paroles prononcés par celui qui allait devenir « notre saigneur », résonnent encore en mon esprit en ce 5ième anniversaire de leur prononciation et depuis notre déconfiture, à l’instar des autres scandales financiers de la planète, Norbourg a fait le tour de « tout le monde en parle » ;

REUTERS ; "The Norbourg case is a scandal without precedence in Quebec, so we will ask ...
Mexico | Russia | Spain | United Kingdom | United States ...
Norbourg head Lacroix guilty of securities fraud
EUROPE MEDIA MONITOR; EMM NEWS EXPLORER

http://press.jrc.it/NewsExplorer/clusteredition/fr/20080619,cyberpresse-f17f8f321f8bd36fb4ba4b118a6428f3.html



Les membres du G20 se réuniront dans quelques semaines pour tenter de faire le ménage financier de la planète et tenter de redonner la CONFIANCE perdue.

Quand un veut faire un tel grand ménage, il faut d’abord commencer par chez-soi, par de petits ménages devant sa cour.

Pour redonner CONFIANCE aux épargnants de la planète, il faut d’abord commencer par régler ses propres affaires et pas juste dire de belles paroles.



En juillet 2008, il a été écrit une solution pour passer « des belles paroles » au concret, pour tenter de redonner confiance aux épargnants du Québec;



« (…..)Voilà qui serait une belle démonstration de l'esprit particulier censé faire l'originalité de Québec Inc. » André Pratte La Presse

voir en attaché Éditorial de M. André Pratte de la Presse



Comment voulez-vous que nous soyons de nouveau en CONFIANCE en ce moment quand 5 ans plus tard, pour dix milles d’entre nous, nous sommes toujours « en pertes financières et définitivement, en perte de confiance? »



Il faudra beaucoup plus que « de belles paroles supposément digne de confiance » dans un pays où « tout le monde en parle » toujours et encore.



Enfin, en ce jour du Seigneur, je ne suis après tout qu’un simple épargnant victime des belles paroles d’un autre saigneur!



Merci pour votre accueil et bon dimanche.



Gilles Viel

Épargnant à la famille des Fonds Évolution inc

Québec, 418-658-2448

courrier électronique; gilles.viel@videotron.ca

www.reffineq.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Opinion   Ven 30 Jan - 13:50

J’ai lu le jugement à ; http://www.jugements.qc.ca/php/decision.php?liste=34805553&doc=5053435042461606

Il est intéressant de noter au passage les éléments suivants ;

1. Les actes frauduleux commis par Vincent Lacroix remontent à l'année 2000…………..
2. Au cours de l'année 1999, la société Opvest a confié une somme approximative de 5 M$ au Groupe Norbourg
3. Malgré le fait que les conventions de gestion liant Opvest et le Groupe Norbourg signées le 21 février 2000………. une première somme de 4 750 000,00 $ en fut illégalement retirée dès le 13 mars 2000;
4. Dans son jugement du 11 décembre 2007, citant le rapport préparé par Leclerc juricomptables, le juge Claude Leblond[2] indique :
[232] Le Tribunal partage la conclusion du rapport (P-2) quant à ce chef :
« Au cours des années 2000 à 2003, 20 000 000 $ ont été investis par Opvest dans un Fonds Norbourg chez NT en vertu d’un contrat de gestion. La totalité de cette somme a été détournée vers des sociétés appartenant à Vincent Lacroix. Le remboursement de 22 295 129 $ à Opvest en juin 2004 a été effectué à même les Fonds Évolution acquis au cours des mois précédents. Sans l’acquisition des Fonds Évolution, Vincent Lacroix n’aurait pas été en mesure de faire le versement à Opvest. »
COMMENTAIRE
J’ai lu ceci ; « Chaque fois que le Mouvement Desjardins confiait de l'argent à Norbourg, de 2000 à 2003, Vincent Lacroix attendait tout au plus trois semaines avant de toucher au montant, selon les informations alléguées hier par un expert juricomptable à son procès pénal. Dans le cas le plus serré, le délai n'a été que de trois jours. (…)Lorsque Desjardins a voulu reprendre ses billes en 2004, selon M. Filion, Norbourg aurait donc remboursé Desjardins avec l'argent des investisseurs qui se trouvait dans ses propres fonds. » http://www.ledevoir.com/2007/05/18/144061.html et il sera dit et écrit que « Pour une raison que le témoin Filion n’a pas encore expliquée, Opvest a rappelé son investissement en mars 2004 et a mis un terme à sa relation d’affaires avec Norbourg à la fin de juin de la même année. http://argent.canoe.com/lca/infos/quebec/archives/2007/05/20070516-055456.html

Il va être intéressant de voir avec les gens de la Northern Trust ce qui s’est réellement passé au chapitre des transactions à savoir ;

1. La transaction Norbourg Fonds Évolution par Capital Teraxis , pour l'acquisition des 132 M$ d'actif sous gestion a été annoncée en décembre 2003 et complétée en janvier 2004 après l’autorisation officielle de la CVMQ devenue AMF ;
2. Quand les fonds Évolution se trouvaient sous l'aile de la Caisse de dépôt, ils faisaient affaire avec Trust Banque Nationale pour la garde des valeurs et avec CITAC pour le soutien administratif.
3. La donne aurait changé le 19 décembre 2003, quand Norbourg s'est entendue avec la Caisse pour l'achat de Capital Teraxis, la maison-mère d'Évolution.
4. À l'origine du «trou» allégué par Vincent Lacroix se trouve le changement de gardien de valeur des fonds Évolution de Trust Banque Nationale vers Northern Trust.

Les questions qui me viennent à l’esprit sont encore :

• Quel est le montant réel en termes d’actifs des Fonds Évolution qui a été transféré ou est parti de TBN vers NT ?
• Si les dits actifs sont différents du 132M$, il serait intéressant de savoir POURQUOI ?
• Combien Lacroix et compagnies ont-ils retiré réellement de la NT entre la date du transfert TBN et NT et 1er juillet 2004 ?
• Dans quel compte majeur les dits actifs étaient-ils transférés ; BMO, Caisse populaire la Prairie ou autres ?
• Quand les dites sommes étaient déposées, lors des retraits par Lacroix et cie, est ce qu’il y avait des rapports CANAFE considérant que les dites institutions financières étaient supposément toujours branchées ou reliées à CANAFE ?

J’ai lu la chronologie de l’affaire Norbourg : Industrie Plusieurs mailles dans le filet

http://www.finance-investissement.com/nouvelles/industrie/plusieurs-mailles-dans-le-filet/a/nouvelles/industrie/plusieurs-mailles-dans-le-filet/a/19546/print

De plus je me pose toujours bien des questions et je trouve très inquiétant de constater ceci ;

1. 1999 ; Lacroix reçoit par « hasard » une somme de 20.0 millions de Desjardins ou Opvest alors présidé par qui au juste ? Qui était le président de la firme Opvest-Desjardins en 1999 ?
2. comment se fait-il que Desjardins fut ainsi motivé de confier de tels actifs à un junior comme Lacroix ?
3. comment se fait-il que ce senior comme Desjardins ayant confié de tels actifs à un junior n’ait pas exigé de la CVMQ une surveillance particulière considérant que le parti au pouvoir en ce temps et Desjardins ont toujours fait bon ménage ?
4. D’où provenait les 3.0 millions avancé par Lacroix à la face même de la CVMQ pour récupérer Maxima Capital en 02-2001 ? Pourquoi la CVMQ ne s’est pas décidée à inspecter NORBOURG Lacroix devant le fait qu’il n’aurait jamais répondu aux questions financières de la CVMQ ?
5. Que s’est-il passé en cours de 2001 tant à la CVMQ qu’au gouvernement pour donner des crédits fiscaux frisant le 1.0M à Lacroix et le sauver de la faillite ?
6. N’y aurait-il pas par hasard en 2001 un officier de la CVMQ ou encore du ministère des finances qui aurait pu constater la fragilité de Norbourg et ordonner sa fermeture, voire une mise en tutelle ?
7. si ce fut le cas, pourquoi, pour quelles raisons a-t-on voulu absolument maintenir en place ce junior dont la fragilité financière devait être assez évidente (reportage TVA Laforêt) ?
8. Si on a mis en preuve que dès l’année 2000 Lacroix avait retiré des millions des actifs Desjardins, comment se fait-il que ni les inspecteurs de la CVMQ, ni les inspecteurs chevronnés de Desjardins, ni personne d’autres n’aient alerté par exemple les sections des crimes économiques de la SQ et de la GRC ou autres autorités ?
9. qu’est ce que les autorités en place, inspecteurs ou autres ont fait dans le dossier NORBOURG au cours de l’année 2002, au cours de l’année 2003 pour vérifier ce junior aux agissements interrogatifs ?
10. comment se fait-il en 2003 que le bloc CAPITAL TERAXIS de la CAISSE composé des éléments principaux de GROUPE FINANCIER PARTENAIRES CARTIER INC (jvm de +/- 125.0M) et de FONDS ÉVOLUTION (jvm de+/- 5.0) ait été d’intérêt en avril pour les firmes aussi sérieuses que Industrielle Alliance, Standard Life, SFL Desjardins, Dundee et Mica et qu’à la suite des soumissions déposées, Dundee avec ses MILLIARDS SOUS GESTION fut retenu par le ca de Capital Teraxis, examina le tout en due diligence durant 60 jours, allongea de 30 jours l’inspection, se retira pour des raisons que nous ne saurons jamais en termes de vérité et que suite à ce retrait on mandata Marie Desroches ex-pdg fonds Évolution alors vp valeurs mobilières Desjardins qui ne trouva qu’un seul acheteur « motivé » pour les Fonds Évolution, à savoir NORBOURG LACROIX en octobre 2003 ?
11. avec tout ce qui pouvait être connu, mis en doute, soupçonné, interrogé, inspecté, constaté, comment se fait-il que seul Lacroix avec ses fonds Norbourg frisant la faillite en juin 2001, sauvé in extremis par des crédits bouées de sauvetage en octobre 2001 par le ministère des Finances fut retenu pour se voir confier 132M$ d’actifs confiés au préalable à la Caisse CDPQ par des épargnants québécois tout en confiance pour leur sacro-sainte CAISSE ?
12. Comment se fait-il que Norbourg Lacroix, fermer en son crédit auprès d’institutions financières comme la Banque Royale ait été considéré par toutes les autorités en place pour se voir transférer « en exclusivité » nos actifs précieux à nos retraites ?
13. comment se fait-il que DUNDEE avec ses 15G$ d’actifs en 2003 n’ait pas été en mesure ou voulu ramasser ce 1% d’actif additionnel au prix de 5M$ et qu’officiellement retiré au 31 août 2003, DUNDEE se soit accaparé en novembre de l’autre élément important de la transaction à savoir Groupe Partenaires Cartier pour une somme de +/-125M$ ?
14. comment se fait-il que Norbourg n’ait pas eu à débourser un sou pour la transaction vente à crédit des Fonds Évolution en décembre 2003 et qu’on ait convenu qu’il paierait le tout en mai 2004, soit 5 mois après le transfert des actifs Évolution ?
15. comment se fait-il que dès mars 2004, suite au transfert des actifs de TBN à NT, DESJARDINS ait réclamé le transfert des actifs confiés à NORBOURG en 1999 ?
16. comment se fait-il qu’après le transfert des fonds Évolution complété au printemps 2004, personne en haut-lieu d’autorités n’ait décidé de lancer une surveillance en règle sur Norbourg suite non seulement au transfert des actifs Évolution, mais suite à la mise à la porte de tous les gestionnaires des fonds Évolution remplacée par la gang à Norbourg ?
17. comment toutes ces sommes transitées entre NORBOURG, Desjardins (+/- 24M$), La Caisse (+/-5.0) et autres en début 2004 suite aux transferts fonds Évolution, n’aient pas fait l’objet d’interrogations, de divulgations, d’inspections et autres suspicions de la part des autorités en place ou autres ?
18. comment se fait-il encore que par le hasard des affaires, on ait attendu je ne sais quoi pour fermer NORBOURG en août 2005 ?
19. est ce que cette transaction avait pour but caché de trouver le moyen ou encore de voir à ce que les actifs Opvest confiés à Norbourg reviennent à Desjardins et que les dirigeants Opvest ou autres ne perdent pas la face dans cette affaire ?
20. Est-ce que par hasard nous ne serions pas en présence d’une situation perverse qui en camoufle une autre toute aussi perverse entre des initiés bien au courant du dossier?

Après plus de 6 années suivant cette vente « suspicieuse », nous ne savons plus quoi penser et à l’instar ;
• Du dossier de l’eau contaminée de Shannon dont les autorités doutaient ou savaient l’ampleur pas possible pour la population tenue dans l’ignorance depuis 1978
• Du dossier Bernard Madoff ayant fraudé des gens depuis plus de 50 ans et ce aux yeux et aux sus de la SEC



JE CONSIDÈRE QU’IL FAUT TOUT FAIRE POUR FAIRE ÉCLATER TOUTE LA VÉRITÉ……..à moins que les bien pensants du Québec inc se mettent à la table pour finalement régler le tout comme l’avait suggéré en juillet 2008 M. André Pratte ;

« Comme acteurs centraux du système financier, la Caisse, le ministère et Desjardins ont le devoir de mettre la main à la pâte. D'abord, ils peuvent jouer de leur influence afin que Northern Trust et KPMG acceptent de négocier au plus tôt un règlement. Québec (via l'AMF), la Caisse et Desjardins pourraient également accepter de contribuer financièrement au règlement, dans l'intérêt des investisseurs et du bon fonctionnement des marchés. Voilà qui serait une belle démonstration de l'esprit particulier censé faire l'originalité de Québec Inc. »
André Pratte, éditorialiste en chef de la Presse
En attendant de régler le casse-tête Norbourg, je dirais ces mots du 31 août 2005 :
« La crédibilité et le professionnalisme de tous les acteurs sont mis en doute.
Pour une industrie qui repose sur la confiance, cela n'a rien de bien bon. »
B Breton éditorialiste au Soleil

On verra bien ce que nous apportera le témoignage des gens de la Northern Trust ou de d’autres personnes ayant été au courant de ce qui s’est réellement passé et désireuses de voir enfin éclater toute la vérité de ce que d’autres ont qualifié « du plus grand scandale politico financier » que le Québec ait connu. Encore là, il y a risque que les véritables questions ne soient pas posées car je dois admettre que « péché par omission » est de règle dans ce dossier comme dans bien d’autres. Comme on dit; « ce que tu ne sais pas ne fait pas mal ».

Les dommages causés sont indubitables, inimaginables et surtout bien présents dans la tête des épargnants;

« Je me souviens de…………Norbourg ».

A ce jour je dois dire à mon tour que la crédibilité et la confiance à l’égard des acteurs de l’industrie est plus que fortement entachée.

Gilles Viel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Opinion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» etsy et compagnie?
» Présentation de Lyonsot par Lyonsot !
» BT012 groupe 0+/1/2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scandale Norbourg :: REFFINEQ-
Sauter vers: