Scandale Norbourg

Échanges sur le scandale Norbourg
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Trait psychopatique-Vincent Lacroix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valérie



Nombre de messages : 872
Localisation : montreal
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Trait psychopatique-Vincent Lacroix   Mar 23 Oct - 12:10

Volume 41 - numÉro 8 - 16 octobre 2006 Sommaire de ce numéro
Archives de Forum

Fraudeurs et tueurs en série ont beaucoup de points en commun
Beaucoup de cols blancs criminels sont des psychopathes, dit Ève Paquette

Ève Paquette



Le manque d’empathie, l’impulsivité et le mensonge pathologique. Voilà trois traits communs aux fraudeurs et aux tueurs en série. «La fraude est un crime sans violence physique dont les effets sont moins tangibles que ceux des actes violents, explique la criminologue Ève Paquette, qui poursuit actuellement des travaux de maitrise auprès d’une quarantaine de fraudeurs incarcérés dans des prisons et pénitenciers du Québec. Mais nous avons noté des similitudes étonnantes dans la personnalité des auteurs de meurtres en série et celle des auteurs de crimes économiques.»

Dans le monde des affaires, un certain type d’individus souffriraient de ce que les spécialistes appellent le «syndrome psychopathique». Le premier à avoir parlé de ce concept est Hervey Cleckley en 1976. Le psychopathe est alors décrit comme une personne en apparence ordinaire mais qui «fait croire à ses peudo-intentions, à ses pseudoremords et à de véritables réponses de personne normale». En vérité, il suit un plan qu’il est le seul à connaitre. «Son masque lui permet de simuler une personne comme vous et moi, mais ses comportements traduisent une attitude antisociale dangereuse pour autrui», ajoute la jeune femme.

Même si les cas spectaculaires de crimes économiques semblent plus souvent défrayer la chronique depuis le scandale de la firme Enron, les recherches sur la fraude sont très peu nombreuses en criminologie. Les articles scientifiques sur le thème qui occupe la criminologue sont extrêmement rares, voire inexistants. L’étude sur les traits de personnalité des fraudeurs, que Mme Paquette entame, est donc sans équivalent actuellement, si l’on fait exception d’une autre recherche menée à l’École de criminologie par Sophie Gagnon.

Les personnalités psychopathiques, qui comptent pour environ 1% de la population (mais de 15 à 25% des prisonniers canadiens), pourraient être repérées au moyen de tests. «Si l’on arrive à établir un parallèle solide entre les traits psychopathiques et les fraudeurs, on peut penser à un examen d’embauche qui s’avèrerait très utile aux employeurs», dit l’étudiante en précisant qu’on est encore bien loin de la coupe aux lèvres.

Vincent Lacroix, fondateur de la société Norbourg, correspond-il au profil décrit par l’étudiante? Elle n’ose pas se prononcer sur ce cas précis, mais rappelle que le manque d’empathie et la récidive sont des traits caractéristiques des fraudeurs psychopathes.
Approcher les fraudeurs
C’est par le truchement de deux questionnaires détaillés qu’Ève Paquette a approché les sujets de sa recherche. Actuellement, 38 sujets ont été recrutés dans des prisons québécoises. Ce sont des personnes qui ont été accusées de crimes économiques et qui purgent une peine de moins de deux ans. Celles qui ont été condamnées à des peines plus sévères seront également sollicitées mais les délais d’autorisation sont plus longs pour les pénitenciers.

Le lien entre les fraudeurs et les tueurs en série est évidemment plutôt délicat à constituer. On note que les deux types de criminels sont d’habiles manipulateurs, plutôt charismatiques et qu’ils ont un sang-froid hors du commun. De plus, ils sont si insensibles aux répercussions de leurs actes sur autrui qu’ils ont une forte tendance à la récidive. Alors que les tueurs en série ont différentes sources de motivation, les fraudeurs cèdent d’abord et avant tout à l’appât du gain. C’est l’argent, symbole de pouvoir, qui les excite le plus.

Cela dit, le profil type du fraudeur est, sous certains aspects, très différent de celui des autres criminels. Le fraudeur est plus âgé (39 ans en moyenne contre 31 pour l’ensemble des condamnés, selon Infostat 2002 [France]). Des études ont démontré que les fraudeurs sont plus scolarisés et même plus intelligents que la moyenne. On remarque aussi une représentation importante de femmes, auteures présumées de 29% des crimes économiques au Québec (2003). Comment expliquer cette forte représentation? «Le fait que cette forme de criminalité ne requiert pas de violence est certainement un élément de réponse», indique Ève Paquette, qui compte plusieurs femmes parmi ses répondants.

Cols blancs psychopathes
Le psychopathe est un individu qui semble ordinaire. Il peut être un homme ou une femme d’affaires, un scientifique ou un médecin. Pour le reconnaitre, un chercheur canadien, Robert Hare, a élaboré une liste de 20 critères qui est actuellement testée. Le trait de caractère majeur est l’absence d’empathie, qui permet de récidiver malgré les condamnations répétées. Les psychopathes sont «des prédateurs sociaux qui charment, manipulent et tracent la voie de leur vie de façon impitoyable en laissant une large trainée de cœurs brisés, de confiance minée et de poches vides», écrit M. Hare (traduction d’Ève Paquette).

«Robert Hare affirme que certains psychopathes ne seront jamais incarcérés de leur vie, signale l’étudiante. Il considère que les psychopathes sont très bien représentés dans le monde des affaires et que beaucoup de cols blancs criminels sont des psychopathes.»

Au cours d’un colloque international sur la criminalité économique, tenu dans les Laurentides les 10 et 11 octobre, Ève Paquette a présenté une conférence sur l’évaluation des traits psychopathiques dans le milieu des affaires. Elle s’est demandé s’il serait possible de recourir à ce test, nommé B-Scan, pour déceler les fraudeurs dans le monde des affaires. «Parfois, fait-elle remarquer, la population est sympathique à la cause des fraudeurs audacieux. Certains d’entre eux sont considérés comme des gens intelligents et rusés qui méritent de la considération. Pourtant, le fraudeur est susceptible de commettre des actes qui peuvent sérieusement ébranler la vie de ses victimes.»

La méthodologie idéale, estime-t-elle, aurait consisté en un travail de terrain directement dans le milieu des affaires, auprès des personnes qui n’ont pas encore été reconnues coupables. Mais cette approche est presque impossible à réaliser dans le contexte d’une maitrise. En cherchant à entrer en contact avec des gens accusés et déclarés coupables, elle croit tout de même que ses données seront valables.

Mathieu-Robert Sauvé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Trait psychopatique-Vincent Lacroix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Europe / mythes et réalités - vidéo Annie Lacroix Riz
» Le port du TRAIT (76)
» Accident de grue au Trait (76)
» Exécution au Québec = 13 minutes !
» réserves d'or USA et exportations / trou de 4500 tonnes d'or

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scandale Norbourg :: Scandale Norbourg-
Sauter vers: