Scandale Norbourg

Échanges sur le scandale Norbourg
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Journal de Montéal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Mar 31 Oct - 13:59

Ça veut dire que lorsque j'ai demandé si mon argent était protégée (que ce soit chez Norbourg ou ailleurs)...à voir tout ce que l'AMF veut comme power à l'avenir...quand on nous disait oui votre argent est protégée par l'AMF et les co. intrust...c'était de la bullshit alors finalement l'AMF et les co. intrust sont de la bullshit...

Allez-y investisseurs ce qu'on vous dit aujourd'hui pour vous rassurer que vous êtes une gagne de chanceux car vous n'êtes pas chez Norbourg, c'est ce qu'on nous a dit lorsque nous avons placé de l'argent.
QUI DIT VRAI...serez-vous plus protégé ou bien on va vous dire la même chose qu'à nous et se sera de la bullshit...pile ou face.

Comment on pourrait dire ça....car ce n'est plus d'être prévoyant et faire ses devoirs car nous l'avons très bien fait et dans des placements pépères.

C'est plutôt:
Bonne chance et faite vos prières, en espérant que vous ne croiserez pas un lacroix surveillé par une AMF et co. intrust.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie



Nombre de messages : 872
Localisation : montreal
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Mar 31 Oct - 13:05

Citation :
montant des amandes imposées aux contrevenants

Du dernier article du Journal de Montréal. Certains pourraient croire à une erreur.....ce n'est pas le cas.
Les contrevenants ont droit à des amandes et les investisseurs floués à des ....peanuts.
Et ..... des peanuts, c'est ce que Singe Laid a dit qu'il nous réservait mais il a quand même ajouté un timide " malheureusement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Mar 31 Oct - 12:54

Québec serait sur le point de donner plus de moyens à l'AMF
.Une nouvelle loi avec plus de mordant pourrait être déposée avant Noël

PC: L'autorité des marchés financiers espère que Québec agira dès cet automne afin de lui donner plus de pouvoirs dans sa lutte contre la fraude et les crimes économiques.
Karine Fortin
presse canadienne

Les crimes économiques sont tout aussi graves pour la société que d'autres types de crime et c'est avec le même niveau de sévérité qu'ils doivent être traités, a insisté hier le président de l'organisme, Jean St-Gelais, dans une allocution devant les membres de l'industrie de la finance.

''Il est inacceptable de laisser croire aux fraudeurs qu'ils peuvent s'en tirer facilement au Québec.''

L'AMF collabore depuis plusieurs mois avec le gouvernement du Québec dans l'espoir de faire changer rapidement les règles protégeant les investisseurs. Selon M. St-Gelais, un projet de loi à cet effet pourrait être déposé à l'Assemblée nationale d'ici Noël.

L'organisme de surveillance souhaite notamment faciliter les recours judiciaires contre les sociétés ou les dirigeants d'entreprises ayant transmis des informations inexactes ou trompeuses.

Actuellement, le fardeau de la preuve repose sur les investisseurs floués. Les dispositions qu'envisage l'AMF renversereaient la situation. Un régime semblable est en place en Ontario depuis le début de 2006, mais aucune poursuite n'a été déposée encore.

AMENDES PLUS SÉVÈRES

L'autorité des marchés financiers souhaite par ailleurs faire augmenter le montant des amandes imposées aux contrevenants. Le montant minimum est actuellement de 1000$ par chef d'accusation et d'ap`res M. St-Gelais, les juges imposent rarement des peines plus sévères.

Échaudé par le scandlae Norbourg, le gendarme des marchés suggère aussi qu'on oblige les gérants de fonds communs de placement à s'inscrire auprès des autorités réglèmentaires, comme le font déjà les distributeurs et les courtiers d'assurance, par exemple.

Jean St-Gelais a même laissé entendre que les gestionnaires de fonds spéculatifs pourraient éventuellement être soumis aux mêmes exigences. ''Nous serions alors en mesure d'établir des obligations de transparence et de saine gestion et de les sanctionner adéquatement en cas de manquement à ces obligations'', a-t-il souligné.

POURVOIR ACCRUS

Dans son plan stratégique, l'AMF suggère aussi au gouvernement de lui octroyer des pouvoirs d'enquête et de poursuite accrus et de simplifier la nomination d'administrateurs provisoires dans le cas où une société fait l'objet d'une investigation.

Toutes ces dispositions ont pour objectif de restaurer la confiance des épargnants dans les marchés, a martelé l'ancien secrétaire du conseil exécutif du Québec.

''Il ne peut y avoir un marché pour les initiés et un autre pour les non initiés. Un marché pour ceux qui mettent leurs économies en péril et un autre pour ceux qui mettent l'intégrité du marché en péril'' a dit M. St-Gelais.

Le ministre des Finances Michel Audet a en outre confirmé hier qu'il réfléchissait '' à d'autre mesures visant à renforcer la protection des consommateurs de produits et services financiers, basées notamment sur des mesures mises de l'avant par d'autres juridictions'' dont celles de l'Ontario et de l'Alberta.

L'Autorité des marchés financiers a remplacé la Commission des valeurs mobilières en février 2004. Elle surveille tous les domaines des marchés financiers québécois à 'exception des banques à charte fédéral.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Mar 31 Oct - 8:22

L'AMF veut que Québec bouge

Presse Canadienne
31 octobre 2006 - 07h05
L'Autorité des marchés financiers espère que Québec agira dès cet automne afin de lui donner plus de pouvoirs dans sa lutte contre la fraude et les crimes économiques.

«Les crimes économiques sont tout aussi graves pour la société que d'autres types de crimes et c'est avec le même niveau de sévérité qu'ils doivent être traités», a insisté lundi le président de l'organisme, Jean St-Gelais, dans une allocution devant les membres de l'industrie de la finance.

«Il est inacceptable de laisser croire aux fraudeurs qu'ils peuvent s'en tirer facilement au Québec.»

L'AMF collabore depuis plusieurs mois avec le gouvernement du Québec dans l'espoir de faire changer rapidement les règles protégeant les investisseurs. Selon M. St-Gelais, un projet de loi à cet effet pourrait être déposé à l'Assemblée nationale d'ici Noël.

L'organisme de surveillance souhaite notamment faciliter les recours judiciaires contre les sociétés ou les dirigeants d'entreprise ayant transmis des informations inexactes ou trompeuses.

Actuellement, le fardeau de la preuve repose sur les investisseurs floués. Les dispositions qu'envisage l'AMF renverseraient la situation. Un régime semblable est en place en Ontario depuis le début de 2006, mais aucune poursuite n'a été déposée encore.

L'Autorité des marchés financiers souhaite par ailleurs faire augmenter le montant des amendes imposées aux contrevenants. Le montant minimum est actuellement de 1000 $ par chef d'accusation et d'après M. St-Gelais, les juges imposent rarement des peines plus sévères.

Échaudé par le scandale Norbourg, le gendarme des marchés suggère aussi qu'on oblige les gérants de fonds communs de placement à s'inscrire auprès des autorités réglementaires, comme le font déjà les distributeurs et les courtiers d'assurance, par exemple.

Jean St-Gelais a même laissé entendre que les gestionnaires de fonds spéculatifs pourraient éventuellement être soumis aux mêmes exigences. « Nous serions alors en mesure d'établir des obligations de transparence et de saine gestion et de les sanctionner adéquatement en cas de manquement à ces obligations », a-t-il souligné.

« Nous serions alors en mesure d'établir des obligations de transparence et de saine gestion et de les sanctionner adéquatement en cas de manquement à ces obligations », a-t-il souligné.

Dans son plan stratégique, l'AMF suggère aussi au gouvernement de lui octroyer des pouvoirs d'enquête et de poursuite accrus et de simplifier la nomination d'administrateurs provisoires dans le cas où une société fait l'objet d'une investigation.

Toutes ces dispositions ont pour objectif de restaurer la confiance des épargnants dans les marchés, a martelé l'ancien secrétaire du conseil exécutif du Québec.

« Il ne peut y avoir un marché pour les initiés et un autre pour les non-initiés. Un marché pour ceux qui mettent leurs économies en péril et un autre pour ceux qui mettent l'intégrité du marché en péril », a dit M. St-Gelais.

L'Autorité des marchés financiers a remplacé la Commission des valeurs mobilières en février 2004. Elle surveille tous les domaines des marchés financiers québécois à l'exception des banques fédérales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Ven 27 Oct - 11:32

27 octobre 2006

Sky Power appartient à un ex-dirigeant de la CIBC impliqué dans le scandale d'Enron

Yves Chartrand,

Québec: Le porjet de SkyPower, qui sème la controverse à Rivière-du-Loup est le dernier contrat sans appel d'offres conclu par Hydro-Québec pour la production d'énergie éolienne.

L'entente de gré à gré avec SkyPower intervenue le 3 septembre 2004 a précédé de deux mois, le 17 novembre, l'annonce par le gouvernement de Jean Charest de l'abandon de l'impopulaire projet de centale au gaz naturel du Suroit.

Le propriétaire de SkyPower est David Kassie, qui possède aussi SkyPower GP. L'ancien ministre libéral André Bourbeau, prédient de consiel d'administration d'Hydro-Québec de 2003 à 2005, y siège comme administrateur.

De 1999 à 2004, M. Kassie a été prédisent du sonceil en chef de la direction des Marchés mondiaux DIBC, la banque d'affaires et la division de courtage de CIBC.

Faillite spectaculaire et désastre financier.

Enron et Global Crossing ont été deux clients de marchés mondiaux CIBC qui ont fait par la suite la manchette des médias, le premier par une fraude et une faillite spectaculaires et l'autre par un désastre financier pour ses actionnaires.

La CIBC a payé chèrement son rôle de conseiller financier d'Enron. La CIBC a dû prendre une provision de 2.9 milliards de dollars dans le cadre d'un règlement à l'amiable pour dédommager les actionnaires d'Enron, reco naissant ainsi une certaine responsabilité dans l'élaboration des montages fianciers qui ont permis à Enron de camoubler sa situation financière.

En novembre 2004, SkyPower Corp. a botenu sans appel d'offres un contrat de vente d'électricité à un tarif fixe et garanti D'Hydro-Québec Production, valable pour 21 ans. Ce contrat représenterait quelques 880 millions de dollars de revenus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Sam 7 Oct - 8:36

Journal de Montréal
7 octobre 2006

Lacroix sera jugé en mai si l'aide juridique paie la note

PC: à la demande pressante de l'Autorité des marchés financiers (AMF), la Cour du Québec a décidé hier de fixer au 7 mai le édbut du procès de six semaines du président déchu de Norbourg, vincent lacroix, mais il n'est cependant pas certain que la procédure pourra se mettre en branle à cette date.

Le problème vient du fait que vincent lacroix, qui tient à être représenté par un avocat mais qui est en faillite, n'a pas réussi à convaincre le Bureau d'aide juridique de sa localité de faire assumer par les contribuables les frais liés à sa défense. Sa demande de révision n'a pas eu davantage de succès et souhaite maintenant aller plus loin dans ses démarches.

L'AMF est à l'origine des 51 accusations pénales déposées le 8 mars contre lacroix pour avoir manipulé la velur des parts des fonds communs que gérait Norbourg et pour lui avoir tranmis des informations fausses ou trompeuses.

''On veut que le procès de vincent lacroix débute le plus tôt possible, a indiqué le porte-parole de l'AMF, Frederic Albierro. Nous tenton depuis quatre mois d'obtenir des dates, nous en avons obtenus aujourd'hui (hier).''

Deux refus

''vincent lacroix a essuyé deux refus, nous allons attendre la décision de l'aide juridique'' a-t-il ajouté.

Me Gilles Thibault, l'avocat qui a jusqu'ici représenté vincent lacroix bénévolement, a indiqué à la juge Elizabeth Corte son intention de revenir à la charge devant d'autres instances de l'Aide juridique dans l'espoir d'obtenir finalement gain de cause.

''Il a été refusé par le bureau de l'Aide juridique de sa localité. On s'est adressé subséquemment au bureau de révision qui a rendu une décision négative en début de semaine. C'était prévisible. On pousse donc l'aventure à un niveau supérieur, au directeur régional du bureau de l'aide juridique, qui a un pouvoir discrétio9nnaire'', a fait valoir Me Thibault.

Cas d'exception

''On est bien loin d'être rendu au bout du rouleau quant à savoir s'il bénéficiera de l'aide juridique'' a-t-il renchéri.

Me Thibault estime que vincent lacroix contitue un cas d'exception en raison particulièrment`de la complexité de son dossier. Les deux refus qu'il a jusqu'ici essuyés sont liés au fait que son épouse a des revenus à titre de pharmacienne.

D'ici la tenue du procès, prévu pour l'heure du 7 mai au 15 juin, il a été convenu de tenir une conférence préparatoire avant Noël, le 12 décembre.

C'est vraisemblablement à cette date qu'on connaitra le sort qui a été réservé à la demande d'aide juridique de vincent lacroix.

Celui-ci est accusé d'avoir participé au détournement de quelque 130 millions.

___
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Jeu 31 Aoû - 20:30

Norbourg: 2006-08-31
Deuxième faillite pour le père de vincent lacroix.

''J'ai tiré la plug'' dit donald lacroix.
Les dossiers de faillite s'accumulent ches les lacroix: après vincent, ex-président de Norbourg, c'est au tour de son père, donald, de déclarer une faillite personnelle et commerciale.

Yvon Laprade
Le journal de Montréal
ylaprade@journalmtl.com

''C'est ma deuxième faillite'', a donfié donald lacroix au Journal de Montréal.

Au cours des années 1980, il admet avoir fait faillite après avoir connu des déboires avec un partenaire avec qui il faisait des affaires.

''Les réclamations se montaient à 100,000.00'' dit-il sans préciser la nature de l'investissement, ni l'identité du partenaire.

donald lacroix, qui a fait la publicité pour Norbourg pendant sept ans, ne semble pas trop affecté par cette deuxième faillite en unpeu plus de 20 ans.

''Je tourne une autre page de ma vie. Je recommence à zéro. La vie continue'' souligne l'homme d'affaires de Magog.

Il croit même avoir fait ce qu'il fallait avant de mettre sa firme de publicité C.I.M.E. en faillite, le 24 juillet dernier.
''J'avais des compte à recevoir de 110 000$ queje n'avais plus espoir de récupérer. Tout ce qu'on m'a dit, c'est que je toucherais un maximum de 10 000$. J'ai donc décidé de tirer la plug. Mais j'ai payé mes fournisseurs, qui sont aussi mes chums précise donald lacroix.

En dépit de cette faillite, il conservera sa propriété de Magog. Pour payer ses factures, il continuera de ''faire des contrats de publicité'' et il ''fera dans l'immeuble''. il refuse de parler de ses clients.

Investisseurs floués

Par ailleurs, donald lacroix estime que ''le temps va arranger les choses'' et qu'il est ''bien que la justice soit lente à procéder'' dans le dossier impliquant son fils vincent. Il invite meme les investisseurs ''présumément floués'' dit-il à faire preuve de plus de patience.

''Qu'ils ne s'attendent pas à se mettre un paquet d'argent dans les poches parce qu'ils réussissent à rencontrer vincent chez lui. C'est une affaire complexe qui implique des nombreux juges et une vingtaine d'avocat. et la GRC fait son travail'' conclut-il
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Ven 18 Aoû - 8:12

Le liquidateur hésite à envoyer d'autres chèques...
Yvon Laprade
ylaprade@journalmtl.com

mème s'il a le feu vert des tribunaux, le liquidateur des fonds Norbourg, Pierre Laporte, hésite à distribuer une nouvelle série de chèques totalisant 38M$ à un groupe d'investisseurs lésés.

Selon ce qu'a appris hier Le journal de Montréal, le liquidateur craint que des investisseurs qui seront exclus du processus de remboursement contestent le jugement rendu par le juge Robert Mongeon en Cour supérieure.

''Nous devons nous assurer qu'aucune procédure judiciaire, de toute nature, ne viendra contester cette distribution et, à la limite, provoquer le rappel des chèques émis'', a déclaré le liquidateur dans un communiqué.

Dans sa décision récente, le juge Mongeon a autorisé le liquidateur Laporte à faire la distribution des sommes disponibles ''fond par fonds''.
Cette façon de faire est vivement contestée par des cleients de Norbourg, qui auraient souhaité une distribution ''consolidée'' de tous les fonds.

''Un investisseur qui a perdu 300 000$ dans l'aventure pourrait très bien décider de mettre 25 000$ de plus pour aller devant les tribunaux pour plaider sa cause.

''Il risque d'y avoir des investisseurs qui vont demander à ce que la cause soit portée en appel. Ça pourrait retarder considérablement le processsus de remboursement'', a confié au Journal une source proche du dossier.

Décision plus juste:

De son coté, le président du Mouvement d'éducation des actionnnaires, Yves Michaud, ne serait pas étonné de voir des investisseurs défavorisés par le jugement en cour supérieure recourir aux tribunaux pour obtenir gain de cause.

''Il aurait été plus juste que les montants qui sont encore disponibles soient redistribués plus également entre tous les investisseurs.

''Au contraire, avec cette décision du juge, les remboursements vont s'appliquer à une classe de privilégiés'', a-t-il dit au Journal.

Yves Michaud continue par ailleurs à s'interroger sur la ''lenteur'' de l'appareil judiciaire.

''On rapporte que Vincent Lacroix est présumément coupable, mais il n'y a toujours pas d'accusation portées au criminel.

''Pour ajouter au burlesque de la chose, on apprend que Vincent Lacroix se fait représenter par l'Aide juridique. S'il nse trouvait aux États-Unis, il y a longtemps que Lacroix aurait fait face à la justice. Mais nous sommes au Canada...'' a-t-il ironisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Sam 5 Aoû - 10:12

Lacroix se trouve un avocat
Caroline Roy
Le Journal de Montréal
05/08/2006 09h26


Après plusieurs tentatives infructueuses, Vincent Lacroix a finalement réussi à se dénicher un avocat en vue de son procès, où il devra se défendre de 51 accusations criminelles.


L'ex-patron déchu de Norbourg a fait hier une brève apparition au Palais de justice de Montréal. Cette fois, il s'est présenté en cour avec un avocat payé par l'Aide juridique, Me Gilles Thibault.


Son avocat a toutefois demandé à ce que l'audience soit reportée en septembre puisqu'il reste quelques procédures à régler auprès de l'Aide juridique.


Vincent Lacroix fait face à 51 accusations criminelles pour avoir manipulé la valeur des fonds communs que Norbourg gérait. Il aurait aussi transmis des informations trompeuses à l'Autorité des marchés financiers (AMF).


Pour chacune de ces accusations, l'homme d'affaires pourrait recevoir une amende maximale de cinq millions de dollars ou une peine maximale d'emprisonnement de cinq ans.


Soulagement


L'AMF est soulagée de savoir que l'accusé est maintenant représenté par un avocat. Son porte-parole, Frédéric Alberro, souhaite maintenant «que l'on passe aux procédures judiciaires le plus rapidement possible».


Jusqu'à tout récemment, Lacroix s'était défendu seul devant les tribunaux.


Depuis le 19 mai, Vincent Lacroix est en faillite. La plupart de ses biens ont été saisis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie



Nombre de messages : 872
Localisation : montreal
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Ven 28 Juil - 12:48

Définitivement à suivre de très près cette transaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pourl'honneur



Nombre de messages : 487
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Mer 26 Juil - 13:52

c'est sûr que pat lacroix ne savait rien, tout comme le cousin alexandre qui entendait vincent expliquer ses invrestissements grâce à une fortune familiale !!! Ils ne croyaient tout de même pas que la fortune venait de mon'onc bob(ventilation rs et bar montréalais) ou le cousin "sarto lacroix" de flamidor...
Belle famille qui savait fermer les yeux quand il le fallait, et se remplir les poches à mêmes nos économies. On croirait voir des michel fragasso, scraire, nadeau et autres grands québécois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Mer 26 Juil - 13:26

Tu as raison Valérie et si Patrick Lacroix croit sincèrement qu'il n'a rien eu à faire dans le scandale de son frère... Vincent Lacroix aussi disait la même chose le concernant.

Et j'oubliais le père qui voulait faire avaler la mème chose à coup de bat de baseball......

Finalement qui paye son salaire pour gérer la bâtisse...E and Y??? J'espère que ce n'est pas le cas...parce que E and Y c'est nous qui les payons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérie



Nombre de messages : 872
Localisation : montreal
Date d'inscription : 19/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Mer 26 Juil - 13:04

Ce Patrick ex-employé de Coca-Cola est très solvable ! Ce serait inadmissible de tolérer une telle transaction! Si la famille Lacroix est solvable à ce point qu'elle nous dédommage ! Ce serait un affront direct aux 9200 investisseurs qu'une telle transaction ait lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Mer 26 Juil - 11:05

Je me disais la même chose. Comment Patrick Lacroix tout propre qu'il est, n'ait jamais au grand jamais profité des bienfaits de vl ... En plus de ne pas avoir perdu son emploi, est-ce nous qui le rémunérons, encore un autre de plus ou il travaille bénévolement (ce qui me surprendrait grandement car il ne vit pas d'amour et d'eau fraiche comme les victimes qui se serrent la ceinture depuis le 25 aout 2005, PV victime de son mausus de frère qui n'a rien fait pour lui), car au dernière nouvelle l'Étoile avait été payé à même les fonds.... Je reste toujours surprise de voir à quel point on nous prend pour des ....

Justement combien de temps prévoit-on avant de nous remettre ce bel argent que l'on annonce en primeur ce matin...dans la semaine des quatres jeudis comme le reste...

Sleep Sleep On travaille pour les victimes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico



Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 25/03/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Mer 26 Juil - 10:44

Où Patrick Lacroix va t-il trouver 2.7 millions sinon dans le compte de Vincent aux Bahamas?????????????????

EH! La GRC réveille!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!et grouille un peu tes fesses!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Mer 26 Juil - 7:40

Affaire Norbourg
2,7M$ de plus pour les actionnaires floués par Lacroix
.C'est le prix fixé pour la vente de l'Auberge l'Étoile sur le lac

Le syndic Ernst and Young espère obtenir 2.7 millions de dollars de la vente de l'Auberge l'Étoile sur le lac, qui a appartenu à Vincent Lacroix.

Martin Bisaillon
Journal de Montréal

''Nous demandons le montant de l'investissement fait par Lacroix en 2005'', explique Pierre Laporte, premier vice-président du syndic chargé de liquider les actifs de l'ex-PDG de Norbourg.

M. Laporte a fait savoir qu'Ernst and Young acceptera l'offre qui rapportera le plus aux actionnaires floués par Vincent Lacroix. Si, par ailleurs, les prix de soumissions étaient trop bas en raison de l'opportunisme de certains acheteurs, le syndic se réserve le droit de les refuser et d'attendre avant de vendre.

''Nous avons eu jusqu'à présent des discussions sérieuses avec plusieurs acheteurs potentiels. C'est une auberge qui marche bien'' précise M. Laporte.

Les investisseurs désireux de faire l'acquisition de l'auberge située au bord du lac Memphrémagog, à Magog, ont jusqu'au 13 septembre pour déposer une offre sur le bureau du syndic.

PATRICK LACROIX SUR LES RANGS

Parmi les intéressés, le propre frère de Vincent Lacroix, Patrick, est en lice pour mettre la main sur l'établissement.

Ce dernier s'est asocié avec son ¸aîné l'an dernier à titre de second investisseur dans l'affaire. Il est également directeur général de l'auberge, fonction qu'il occupe toujours.

Afin de relever ce nouveau défi, Patrick Lacroix avait abandonné un poste de directeur des ventes chez Coca-Cola. Il n'a rien à voir avec les agissements de son frangin.

Selon M. Laporte, la candidature de Patrick Lacroix est très sérieuse. Celui-ci n'a pas rappelé le journal.

L'auberge l'Étoile sur le lac compte 53 champbres et gère 9 condos de luxe.

Ell a été acquise l'an dernier par Vincent Lacroix, quelque temps avant que l'Autorité des marchés financiers vienne mettre un terme à ses agissements frauduleux.

mbisaillon@journalmtl.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Lun 24 Juil - 10:52

Mise à jour: 24/07/2006 08:16
Finance
Lacroix ne commente pas la mise en vente

(Journal de Montréal) Marie-Noëlle Legault
Le Journal de Montréal

Vincent Lacroix, le patron déchu de Norbourg, est demeuré discret au sujet de la mise en vente de son auberge de Magog, l'Étoile sur le lac.


Joint par le Journal, Donald Lacroix, son père, s'est refusé à tout commentaire sur la mise en vente de l'auberge par le syndic de faillite Ernst & Young.


«Je lui ai parlé ce matin et Vincent n'a pas de commentaires à faire sur le sujet. Il n'a plus rien à voir avec l'Auberge», affirme Donald Lacroix.


C'est le frère de Vincent Lacroix, Patrick, qui administre l'établis- sement depuis sa saisie.


Les deux frères en étaient les copropriétaires.


«Comme vous le savez, Vincent est en faillite depuis plusieurs mois», a martelé Donald Lacroix, sans toutefois en dire plus sur les activités de son fils.

Secteur recherché

Situé à l'extrémité nord du lac Memphrémagog, un secteur recherché, il est possible de croire que l'auberge attirera beaucoup d'acheteurs potentiels.


L'argent provenant de la vente ira dans le fonds qui sera par la suite redistribué aux investisseurs floués de Norbourg.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Dim 23 Juil - 9:10

L'auberge de Lacroix à vendre
.Les profits iront aux actionaires floués par Norbourg

Le syndic de faillite chargé de liquider les biens de Vincent Lacroix a lancé hier le processus de vente de l'Auberge l'étoile-sur-le-lac qui appartient à Lacroix et à son frère Patrick. Une opération qui permettra aux investisseurs floués dans le scandale Norbourg de récupérer plus d'argent.

Marie-Noëlle Legault

''Il était prévu que l'offre de vente soit annoncée sous peu'' explique Roch Landriault, porte-parole du syndic Ernst and Young. ''L'argent de la vente ira dans le fonds qui va être distribué par la suite aux investisseurs'', poursuit-il.

''Dès le moment où l'auberge a été saisie, il était dans les plans qu'elle serait mise en vente'', indique M. Landriault. Pour le moment, le porte-parole ne sait pas si des acheteurs potentiels se sont manifestés.

Slon la demande d'offres, l'auberge qui donne sur les rives du lac Mamphrémagog dispose de 26 chambres, en plus d'avoir sous gestion 27 autres chambres et neuf condominiums de luxe.

Un sous-traitant gère à l'intérieur de l'établissement un centre de santé, ainsi qu'un spa. On y retrouve également une salle à manger et une piscine extérieure. L'auberge est toujours administrée par Patrick Lacroix.

Après cette vente, le syndic liquidera encore quelques actifs du patron déchu de Norbourg.

''La prochaine étape sera la vente d'actions de Dianor, la compagnie d'exploration minière de Vincent Lacroix'', explique Roch Landriault.

Des employés peu inquiets.

Lors du passage du Journal, les employés de l'Étoile sur le lac ne savaient pas que l'auberge était officiellement mise en vente.

''Pour nous, ça ne change rien. Les opérations se poursuivent normalement'', affirme la direstrice de l'établissement France Lamontagne.

La plupart des employés se disaient confiants pour la suite des choses.

''Ça ne m'inquiète pas tellement'', dit Andrée Lagimonière, une chambrière. ''En autant qu'on garde notre emploi, que ça soit Vincent Lacroix ou quelqu'un d'autre qui soit propirétaire, c'est du pareil au même'', poursuit-elle.

Les acheteurs intéressés peuvent se manifester au syndic de faillite juqu'au 13 septembre 2006.

mnlegault@journalmtl.com

Opinions: Que pensez-vous de la manière de procéder du syndic de faillite dans l'affaire Norbourg? opinions@canoe.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Mar 4 Juil - 7:52

Yves Séguin
L'après Norbourg
Journal de Montréal
27/06/2006 10h49




Avant que l'été nous fasse tout oublier, il est important de se rappeler qu'il reste beaucoup à faire pour éviter que se reproduisent les scandales financiers que nous avons connus.

La commission Gomery et ses deux rapports ont beaucoup fait pour que finalement le gouvernement fédéral dépose la tant attendue loi sur «l'imputabilité». Cette loi relativement sévère encadre mieux les activités de lobbying et surtout vise à limiter les conflits d'intérêts, en particulier pour les personnes exerçant des fonctions décisionnelles, comme des députés ou des ministres, et qui sont susceptibles d'influencer des transactions auxquelles est partie le gouvernement.


Cette loi est certainement un pas dans la bonne direction, mais ne semble malheureusement pas avoir inspiré la même vertu dans le milieu financier canadien,


En effet, malgré le scandale Enron et les sentences d'emprisonnement contre deux de ses dirigeants, MM. Ken Lay et Jeff Skilling, et les nombreuses modifications à la réglementation américaine dans le secteur financier, le milieu financier canadien est demeuré bien tranquille, comme si ici il n'y avait pas de scandale.


Pourtant, les «affaires» Norbourg, Norshield et Nortel (remarquez la curieuse ressemblance des trois premières lettres des noms) pour ne nommer que celles-là, justifieraient à elles seules de revoir l'ensemble de la réglementation financière et d'introduire des sanctions plus sévères: des sanctions plus sévères allant jusqu'à l'emprisonnement des dirigeants d'entreprises et des peines pour quiconque facilite une fraude financière en faus- sant des états financiers, des contrats ou des transferts bancaires.


Renversante facilité


Le plus étonnant dans la plupart des cas de scandales est la renversante facilité avec laquelle des dirigeants d'entreprise ont trompé des investisseurs ou des actionnaires pendant une période relativement longue de quelques mois, voire quelques années, sans qu'aucun des professionnels tels les avocats, comptables ou banquiers, n'ait posé quelque question sur les transactions auxquelles ils ont participé et qui s'avèrent une fraude.


C'est exactement ce que met en cause madame Sherron Watkins, cette employée qui fut la première à dénoncer les agissements de ses supérieurs, ce qui allait entraîner l'enquête sur Enron. Madame Watkins disait récemment dans une entrevue relatée dans le magazine Business Week son étonnement devant le fait que seulement deux dirigeants d'Enron (MM. Lay et Skilling) aient été poursuivis et condamnés, alors que les opérations financières ne pouvaient se faire selon elle sans une participation très active des banques, en l'occurrence la CIBC, City Group et J.P. Morgan.


Les banques ont payé des amendes importantes, mais aucun dirigeant ou employé n'a été poursuivi, déplore Mme Watkins, comme elle se demande également comment il se fait que le bureau d'avocats principal d'Enron, Vinson and Elkins, s'en tire sans autre sanction alors qu'il a été au coeur de toutes les transactions.


Au Canada, l'industrie financière a toujours demandé et obtenu de limiter au minimum les lois et règlements afin de laisser l'industrie s'autoréguler. Le comité de réflexion mis sur pied après le scandale Enron afin de revoir les règles de vérification des états financiers des entreprises, le Canadian Accountability Board, continue de suggérer qu'il n'y ait pas de nouvelle réglementation mais qu'on laisse plutôt les entreprises s'acquitter elles-mêmes des règles de conformité.


S'il ne faut pas se surprendre de cette recommandation, car la plupart des membres de ce comité se retrouvent dans les grandes firmes comptables, lesquelles, on le conçoit aisément, ne veulent pas s'auto-imposer des sanctions, il ne faut pas pour autant abandonner les investisseurs et il faut attaquer de front par une nouvelle réglementation ceux qui fraudent et ceux qui leur rendent la tâche plus facile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Sam 3 Juin - 8:25

Journal de Montréal
2006-06-03

M. Jean-Philippe Décarie
jpdecarie@journalmtl.com

Norbourg : justice élémentaire de la part de Revenu Québec

Le ministère du Revenu du Québec a fait preuve de la plus élémentaire des justices en annonçant cette semaine qu’il entendait remettre aux investisseurs floués par le scandale Norbourg les sommes perçues ou à percevoir par le fisc québécois.

Rappelons que Revenu Québec figure comme c’est toujours le cas lorsque survient une liquidation d’actifs après une faillite – dans la liste des créanciers privilégiés qu peuvent se partager les sommes d’argent qui vont résulter de la vent des biens appartenant à Vincent Lacroix.

Ce sont 24.1 millions de dollars qui étaient dus par Vincent Lacroix à Revenu Québec depuis qu’il a fait l’objet d’une enquête qui a donné lieu au dépôt d’accusations de fraude par L’Autorité des marchés financiers.

Revenu Québec avait déjà réussi à se faire rembourser 6M$ par le fraudeur et aurait pu faire main basse sur le solde d’impôt impayé de 18,1M$, tel que le veut la loi sur les faillites.
Mais le ministre du Revenu, Lawrence Bergman, a annoncé mercredi qu’il comptait utiliser la totalité des montants récupérés pour rembourser, partiellement, les 9200 investisseurs qui n’ont aucun accès à leurs fonds investis dans les véhicules financiers que leur proposait Gestion d’actifs Norbourg.

La Moindre des choses
Cette décision du fisc québécois était attendue et espérée depuis longtemps par les épargnants-investissseurs qui ont perdu 130M$ dans le scandale Norbourg.

Rappelons qu’il ne reste plus grand-chose dans les différents fonds communs que gérait Vincent Lacroix, mais la liquidation de ses actifs, achetés pour la plupart avec de l’argent qu’il a volé aux investisseurs qui lui faisaient confiance, permettra d’augmenter légèrement les remboursements attendus.

Plus encore, en utilisant une partie de l’usufruit de la vent des actifs personnels de Lacroix pour rembourser ses victimes, ces dernières auront l’impression que justice a été au moins partiellement rendue.

Les petits investisseurs ont perdu beaucoup d’argent, et Lacroix a utilisé cet argent pour se constituer des actifs évalués par le tribunal de la faillite à 37,5M$.

Ils ont payé de leur poche le train de vie scandaleux d’un fraudeur et leur seul espoir, c’est de récupérer tout ce qu’ils peuvent de l’argent qui a été détourné et de voir sur la paille celui qui les a volés.

Il aurait été tout simplement odieux que les investisseurs aient à payer la note d’impôt que Lacroix a frauduleusement gonflée à même leur épargne. Ils auraient payé les folies de Lacroix à même le vol dont ils ont été victimes et payé la note d’impôt résultant de son train de vie.

C’était la moindre des choses pour Revenu Québec de passer l’éponge, et on espère maintenant que Revenu Canada fasse de même avec sa réclamation de 12M$ à l’endroit de Lacroix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico



Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 25/03/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Ven 2 Juin - 11:03

Et nous, on est pas des victimes honnêtes?

Les fournisseurs sont des compagnies qui peuvent mettre ça dans leurs pertes financières( impôts),

Moi les pertes de mes REER, je ne peux pas!

On repassera pour l'honnêteté!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pourl'honneur



Nombre de messages : 487
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Ven 2 Juin - 9:16

Nico, avant de demander au syndic de faire sa part, il faudrait peut-être comprendre ce qui compose ce dû. Il peut s'agir de fournisseurs honnêtes et non-apparentés(des pme), de salaires non-versés à des employés honnêtes et non-apparentés ...
Comme tu vois, ce n'est peut-être pas si simple.
Mais espérons effectivement qu'il nous en restera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nico



Nombre de messages : 537
Date d'inscription : 25/03/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Jeu 1 Juin - 17:13

24 millions au syndic de faillite.

Il pourrait peut-être faire sa part lui-aussi! Un autre vautour!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Jeu 1 Juin - 7:38

Journal de Montréal 1er juin 2006

Affaire Norbourg
Québec versera l’impôt payé par Lacroix aux actionnaires
Caroline Roy et PC
croy@journalmtl.com

Après des mois de déception, les investisseurs floués de Norbourg commencent à voir la lumière au bout du tunnel. Québec accepte de leur retourner tout l’impôt qu’a payé ou que paiera Vincent Lacroix.

Il s’agit d’une somme totale de 24.1 millions de dollars, dont 6 millions sont déjà dans les coffres du fisc.

C’est hier que le ministre du Revenu, Lawrence Bergman, a fait cette annonce aux investisseurs malheureux de Norbourg.

‘’Nous sommes satisfaits de cette décision car c’est une demande que nous avons faite au ministre des Finances le 3 mai dernier’’, raconte Fernand De Guise, porte-parole des victimes de Norbourg.

‘’On espère maintenant que Revenu Canada va adopter la même position que le gouvernement du Québec ‘’, ajoute-t-il.

L’annonce du gouvernement répond aux vœux des investisseurs, qui soutiennent que Vincent Lacroix a fraudé le fisc non pas avec son propre argent, mais avec celui collecté auprès des investisseurs dans Norbourg.

‘’Je suis très sensible à la situation de ces investisseurs et j’éprouve de la compassion à leur endroit’’, a déclaré le ministre Bergman en annonçant la nouvelle.

Ce dernier a attendu que Vincent Lacroix décide de ne pas aller en appel du jugement de la cour supérieure du Québec, rendu le 19 mai dernier.

Procédure spéciale

Le gouvernement du Québec a déjà perçu 6 millions en impôt provenant de Vincent Lacroix. Il a émis un avis de cotisation supplémentaire de 18,1M$.

Tout l’argent qui sera perçu sera retourné aux quelque 9 000 investisseurs, qui sont pour la plupart des gens modestes dont la retraite a été compromise par la perte de fonds investis dans l’aventure Norbourg.

Le Ministre Bergman a convenu du caractère’’spécial et particulier’’ de cette mesure. Il est inhabituel que le ministère du Revenu donne un statut particulier à des investisseurs floués en leur remboursant des pertes à même les fonds perçus en impôt.

Les modalités du remboursement seront déterminées à la suite de discussions entre le ministre Bergman et son collègue ministre des Finances, Michel Audet.

Selon le juge, Vincent Lacroix doit au moins 60M$, dont 18M$ à Revenu Québec, 12M$ à Revenu Canada et 24M$ au syndic de faillite. Les actifs de M. Lacroix sont évalués à 37,5M$.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enyl

avatar

Nombre de messages : 3416
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Journal de Montéal   Jeu 25 Mai - 7:40

Journal de Montréal,
2006-05-25
Louis Mathieu Gagné
lmgagne@journalmtl.com

Le syndic chargé de liquider les avoirs de Vincent Lacroix devra patienter avant de saisir ses biens immobiliers. Le financier à en effet mis son chalet et sa maison au nom de sa femme.

‘Il y a des procédures en cours afin de pouvoir saisir les propriétés de Vincent Lacroix’’, indique Roch Landriault, porte-parole du syndic Pierre Laporte, de la firme Ernst and Young.

Selon M. Landriault, l’ex-président de Norbourg a mis sa maison de Candiac de même que son chalet de Magog au nom de sa conjointe. Sylvie Giguère. Il soutient que ces ‘’procédures’’ pourraient durer quelques jours.

Vincent Lacroix a vu mardi le syndic saisir ses deux voitures à sa résidence de Candiac.

Résidences somptueuses

Il s’agissait de la première d’une série de saisies auxquelles fait face Lacroix depuis que la Cour supérieure du Québec a décrété sa faillite, vendredi dernier.

Bien qu’elles aient une bonne valeur marchande, les deux résidences représentent une goutte d’eau pour les investisseurs floués.

Une maison unifamiliale située à quelques pas du Club de golf de Candiac vaut au bas mot 450,000$, si on se fie au Marché immobilier actuel.

Quand au somptueux chalet situé au bord du lac Memphrémagog, il vaut ‘’ au moins 500,000$’’, selon un gagent immobilier du secteur qui requiert l’anonymat.

Simulation ou non

Il faudra cependant attendre quelques jours, voir quelques semaines, pour saisir les deux résidences.

Selon le professeur Paul-Emile Bilodeau de l’Université de Sherbrooke, les syndic doit déterminer si la conjointe du financier est ‘’réellement propriétaire ou si c’est une simulation’’.

‘’Le syndic va fouiller pour établir si elle avait à l’époque le revenu pour se payer ces résidences ou si c’est une manœuvre de Lacroix’’, explique Me Bilodeau.

Si c’est une simulation, le syndic pourra procéder rapidement à la saisie en adressant à la Cour supérieure.

Advenant qu’elle soit une propriétaire en bonne et due forme, la situation se complique. ‘’Il pourrait y avoir une série de requêtes, d’appels et même un procès, ce qui pourrait prendre beaucoup de temps’’, dit Me Bilodeau.
Vincent Lacroix n’a pu être joint hier pour commenter la situation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal de Montéal   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal de Montéal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sont-ils déjà montés dans une voiture avant ?
» Le Petit Journal et autres suppléments illustrés
» UN T-SHIRT SIGLÉ "PALESTINE" CRÉE UN MALAISE AU "GRAND JOURNAL"
» journal des remises
» Journal officiel n°27

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scandale Norbourg :: MÉDIAS, MÉDIAS, MÉDIAS-
Sauter vers: